LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

TÉMOIGNAGES – Débordée, près d’une mère sur deux affirme avoir «souvent» l’impression «qu’elle ne va pas s’en sortir» dans sa vie professionnelle.

«Je devais bosser intensivement, les enfants n’étaient pas à l’école, la maison était bruyante et la maîtresse donnait des devoirs à la maison comme si on n’avait que ça à faire !» se souvient Caroline, encore fatiguée par les confinements. Avec la fermeture des écoles et le télétravail cette architecte et mère de 4 enfants a vu les frontières entre sa vie professionnelle et sa vie privée se brouiller au point de menacer son équilibre de vie. Et son cas est loin d’être isolé : textos intempestifs, mails tardifs et responsabilités cumulées, la charge mentale liée au travail qui touche beaucoup de Français, est particulièrement élevée chez les mères de famille démontre une étude* Ifop-Mooncard publiée ce mardi.

Stress ressenti au travail, esprit préoccupé le soir et le week-end, impression «de ne pas s’en sortir», difficulté à s’endormir et sentiment d’intrusion du travail dans la vie personnelle font partie des critères retenus par Ifop pour élaborer un nouvel indice qui mesure

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

L’économie ne s’arrête jamais, comme la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

ces mères de famille qui n’en peuvent plus