LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce dimanche matin, 5000 foyers étaient encore privés d’électricité, principalement dans les départements de la Marne, de la Seine-et-Marne, et de l’Aisne.

De forts orages ont éclaté dans la journée d’hier, remontant de la Dordogne jusqu’en Région Parisienne, en passant par la Région Centre Val de Loire. Ils ont également touché la Champagne-Ardenne. Une tempête qui a causé un certain nombre de dégâts sur sa route : 5000 foyers étaient encore privés d’électricité dimanche matin.

«À 22 heures hier soir, 15.000 clients étaient privés d’électricité», explique Enedis au Figaro. Les habitations encore concernées ce dimanche se trouvent dans les départements de la Marne, la Seine-et-Marne, et l’Aisne. «Les équipes d’Enedis sont en intervention sur le terrain, avec des accès parfois difficiles liés à la présence d’arbres couchés sur les routes», poursuit l’opérateur.

Un toit de 600 mètres carrés s’envole dans le Val-de-Marne

Les pompiers de Paris ont reçu plus de 300 appels en provenance du Val-de-Marne, du sud de la Seine-Saint-Denis et quelques appels seulement depuis la capitale. À Alfortville, dans le Val-de-Marne, un toit de 600 mètres carrés surmontant un immeuble de cinq étages s’est envolé, blessant légèrement deux personnes. «Des façades d’immeubles seraient très endommagées et des balcons se seraient effondrés» précise la mairie, qui a mis en place une cellule de crise.

Arbres arrachés, caves inondées, tous les agents des services techniques de la ville sont mobilisés. «Je vais demander dès aujourd’hui un arrêté de catastrophe naturelle, a indiqué Luc Carvounas, maire d’Alfortville (PS), sur France Info dimanche matin. Nous avons deux palais des sports qui sont impraticables, et surtout des administrés qui ont été inondés. »

La tempête a ensuite poursuivi sa route vers l’Est, provoquant d’autres dégâts en Seine-et-Marne. De l’eau est entrée dans le centre commercial Val d’Europe à Serris, qui a dû être évacué. L’hôpital de Meaux a également subi des inondations, notamment au niveau des urgences. Par précaution, des patients ont été évacués. Même situation pour le centre de secours des pompiers de Meaux et le vaccinodrome installé dans un hôtel de Disneyland Paris. Des motos de police ainsi que des voitures garées dans un parking de la ville ont aussi été submergées par les flots.

Le trafic SNCF interrompu entre Reims et Paris

Dans la Marne, environ 8500 foyers étaient privés d’électricité, samedi soir. La circulation des TGV entre Reims et Paris-Est a également été interrompue. Les voyageurs ont été pris en charge par la SNCF et ont été logés dans des hôtels. «Le trafic reprend progressivement depuis midi. Nos équipes ont travaillé toute la nuit. Il y a eu énormément de chutes d’arbres et de coulée de boue», déclare la SNCF au Figaro ce dimanche. La reprise de la circulation de la ligne TGV vers Mulhouse reprendra quant à elle entre 13 et 14 heures. Le trafic sur les lignes des RER C, D et E et la ligne P a également été perturbé mais la circulation reprend progressivement.

Intervention des pompiers à Saint-Nicolas-de-Bourgueil, où le clocher de l’église s’est effondré sous l’effet du vent. GUILLAUME SOUVANT / AFP

Plus à l’ouest, les départements n’ont pas été épargnés non plus. Une tornade très localisée s’est même créée. À Saint-Nicolas-de-Bourgueil (Indre-et-Loire), le clocher de l’église a été détruit par cette tornade. L’édifice s’est effondré dans la nef, causant quelques dégâts collatéraux. Des véhicules ont notamment été endommagés. Le toit de la salle des fêtes, qui devait abriter le scrutin des élections régionales et départementales des dimanches 20 et 27 juin, a également été arraché.

de nombreux dégâts causés par les intempéries de samedi