LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Quelques semaines après le sommet bisannuel de l’Arctique, le monde pose à présent son regard sur le pôle Sud et l’Antarctique, également menacé par le réchauffement climatique. Et ce, sous l’égide de la France. Une première depuis plus de trente ans. 

Les 54 membres signataires du Traité sur l’Antarctique se réunissent pendant dix jours, à partir de ce mardi (virtuellement, pandémie oblige). Les sujets : la gestion de la faune, de la flore et des très nombreuses bases scientifiques du « continent blanc » d’une superficie de 14,2 millions de km2.  

  • A quoi sert cette réunion (et le traité) ?

Pour la première fois depuis 1989 donc, Paris est l’hôte de cette 43e « Réunion consultative du traité sur l’Antarctique », issue du texte signé le 1er décembre 1959. Ce traité a gelé les revendications territoriales sur l’Antarctique et dédié ce continent sans habitant aux activités scientifiques et pacifiques. « Les observations et les résultats scientifiques de l’Antarctique seront échangés et rendus librement disponibles », est-il par ailleurs stipulé dans l’article 3. Pas moins de 52 bases y abritent 1500 scientifiques à l’année. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

« C’est comme une réunion de copropriétaires », résume Olivier Poivre d’Arvor, l’ambassadeur français pour les pôles et les enjeux maritimes.  

Parmi eux, les grandes puissances que sont les États-Unis, la Chine et la Russie, mais aussi l’Allemagne, l’Australie, le Japon ou encore le Royaume-Uni. En coulisses se jouera cette année la délicate question des aires marines bordant l’Antarctique, riches d’une biodiversité exceptionnelle et cruciales contre le dérèglement climatique.  

  • Quels sont les points de tensions actuels ?

« Ça fait huit ans qu’on demande la création de deux aires marines protégées [sur environ un million de kilomètres carrés dans la zone Antarctique orientale] mais la Russie et la Chine font cavaliers seuls », refusant que ces zones soient classées, explique Olivier Poivre d’Arvor. Or « si on ne les classe pas, on les laisse aux pêcheurs, ce qui menace le krill », ces petites crevettes qui nourrissent la faune de l’Antarctique et forment une « biomasse vitale ». « Le président Macron m’a demandé de porter ce dossier auprès des Russes et des Chinois, que j’essaie de convaincre », confie encore l’écrivain et diplomate. 

Le réchauffement climatique à l’oeuvre dans la région est sans nul doute un sujet d’inquiétude. Une étude internationale publiée en février 2020 (après la précédente réunion en République tchèque en 2019) a estimé que la fonte des glaces de l’Antarctique devrait contribuer à une élévation maximale du niveau de la mer de 58 centimètres au cours du siècle en cours. Plus largement, si la planète a déjà gagné plus de 1°C depuis l’ère pré-industrielle à cause de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre provoqués par les activités humaines, l’Antarctique se réchauffe deux fois plus vite. 

  • Que doit annoncer la France ?

Le Premier ministre Jean Castex, cas contact Covid et actuellement à l’isolement, doit intervenir par message vidéo, dans lequel il évoquera tout particulièrement la préservation de la biodiversité. En revanche, selon le Journal du Dimanche, aucune annonce ne sera faite sur les moyens demandés par les scientifiques pour la rénovation de la base Dumont-D’Urville, ou pour la pérennité de l’Institut polaire Paul-Emile-Victor. 

Le budget national dédié aux zones polaires est d’environ 30 millions d’euros par an actuellement. Si la France veut se hisser au même niveau que ses voisins européens, elle devra « doubler ses moyens » consacrés à l’Antarctique et à l’Arctique, selon Olivier Poivre d’Arvor. 

Le rôle de la France sur ce point est « central » et « seul un engagement fort au plus haut niveau politique et diplomatique permettra » d’avancer, plaidait-il également dans une tribune au Monde, il y a une semaine, au côté d’Isabelle Autissier, navigatrice et présidente du WWF France.  

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

« Nous manquons de bras et de moyens » pour remettre à niveau la station de Dumont-d’Urville, a déploré pour sa part le directeur de l’Institut Polaire Paul-Emile Victor, Jérôme Chapellaz, lors de la présentation de « L’été polaire », une saison culturelle et éducative consacrée aux mondes polaires qui se déroulera du 23 au 10 octobre dans 26 « villes polaires » de l’Hexagone. 

Opinions

L’exercice de l’État

Par Chloé Morin

Ultimatum

Par Christophe Donner

Le meilleur des mondes

Par Sylvain Fort

Idées et débats

Par Yascha Mounk

Trois questions sur le sommet de l’Antarctique organisé par la France