LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L’indice CAC 40 est monté jusqu’à 6504,41 points, un nouveau plus haut depuis le 20 septembre 2000.

La Bourse de Paris poursuivait son rebond (+0,86%) mardi à la mi-journée, gagnée par l’optimisme ambiant quant au redémarrage des économies, qui se trouvait renforcé par de bons indicateurs et une forte hausse des prix du pétrole.

Vers 13h06, l’indice CAC 40 progressait de 55,27 points, à 6502,44 points, après être monté jusqu’à 6504,41 points, un nouveau plus haut depuis le 20 septembre 2000. La veille, il avait terminé en baisse de 0,57%.

Les investisseurs accueillaient avec enthousiasme une salve d’indicateurs publiés dans la matinée, à commencer par le taux d’inflation de la zone euro. Ce dernier a poursuivi sa hausse en mai, tirée par les prix de l’énergie, et a atteint 2% sur un an, la limite haute de l’objectif fixé par la Banque centrale européenne (BCE), tandis que le chômage a reflué à 8%, selon Eurostat.

Gains importants pour le secteur bancaire

«La récente envolée des prix consécutive à la reprise de l’activité a alimenté les craintes d’un retrait prématuré des mesures de soutien des banques centrales», observe Franklin Pichard, le directeur général de Kiplink Finance. Le secteur bancaire affiche des gains importants «dans le sillage de la hausse du rendement des emprunts souverains à 10 ans en Europe et vient ainsi dynamiser» l’indice parisien, poursuit-il.

Toujours au chapitre des indicateurs, l’activité du secteur manufacturier français a fortement rebondi en mai et son taux de croissance «affiche son plus haut niveau» depuis plus de vingt ans, mais les arriérés de production se sont accumulés, selon le cabinet IHS Markit.

Outre-Atlantique est également attendu l’indice d’activité manufacturière ISM pour mai. Les investisseurs devraient pour l’heure se focaliser sur la réunion de l’Opep et de ses alliés, qui débute à 13h heure de Paris, et dont l’anticipation a entraîné une forte hausse des cours du pétrole, et par ricochet des valeurs liées aux matières premières. L’Opep+ doit arrêter la quantité de barils que produira l’organisation au cours des mois à venir, dans un contexte de reprise de la demande.

La Bourse de Paris accélère et passe au-dessus des 6500 points