LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DÉCRYPTAGE – La Commission a repoussé la présentation des ressources propres, en raison notamment de l’opposition de Washington sur la taxe numérique.

Les contribuables de l’UE devront-ils mettre la main à la poche pour rembourser le plan de relance européen? Il n’en était absolument pas question il y a un an, lorsque les Vingt-Sept se sont mis d’accord sur cette manne historique. L’option semble aujourd’hui beaucoup moins saugrenue tant les discussions autour des nouvelles ressources propres, censées financer NextGenerationEU – et notamment les 385,8 milliards d’euros de subventions accordées aux États membres – s’annoncent difficiles.

D’ailleurs, la Commission a finalement estimé qu’il était urgent d’attendre. Alors qu’elle s’était engagée à présenter ses propositions en juin, elle a d’abord reporté au 20 juillet avant d’annoncer qu’il faudrait patienter jusqu’à «l’automne». «Jusqu’à novembre probablement», selon un diplomate.

Refroidir les marchés

En réalité, l’exécutif européen ne peut pas se permettre de s’en remettre aux contribuables de l’Union. D’abord parce que les États membres ne l’accepteraient pas. Mais aussi parce qu’une telle décision aurait pour

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Bruxelles face à l’épineuse question du remboursement du plan de relance