LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Plusieurs pays sont devenus le théâtre d’un spectacle de désolation cette semaine. Après la Belgique et l’Allemagne, le Japon, c’est au tour de l’Inde de connaître de violentes inondations responsables de glissements de terrain meurtriers.  

Les sauveteurs indiens fouillaient ce samedi dans la boue et les débris pour tenter de retrouver des survivants après ces événements qui ont fait au moins 76 morts dans l’ouest du pays frappé par les pluies de mousson, ont indiqué samedi les autorités locales. 

Au moins 59 personnes étaient encore portées disparues, a précisé le gouvernement de l’Etat de Maharashtra, dont Bombay est la capitale, à la suite de multiples incidents – inondations, éboulements, glissements de terrain – liés à la mousson. 

Le personnel de la NDRF secourt des villageois bloqués dans des zones basses inondées par les fortes pluies de la mousson dans le district de Chiplun, Maharashtra

India?s National Disaster Response Force (NDRF) / AFP

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

« Quarante-trois personnes sont mortes dans trois glissements de terrain dans le district. Les opérations de secours continuent », a déclaré Sagar Pathak, responsable de la gestion des catastrophes dans le district de Raigad, au sud de Bombay.  

Deux autres personnes sont mortes dans des éboulements dans le district de Satara, a indiqué Anirudha Ashtaputre, porte-parole du gouvernement de l’Etat de Maharashtra, et une quinzaine sont portées disparues. 

Des routes coupées

La marine et l’armée de l’air sont intervenues pour venir en aide aux milliers de personnes affectées par des inondations. Mais les opérations de secours sont compliquées par les éboulements qui ont coupé plusieurs routes, en particulier l’autoroute entre Bombay et Goa. 

Plus de 24 heures d’intenses précipitations ininterrompues ont fait sortir de son lit le fleuve Vashishti. Des quartiers de la localité de Chiplun, à 250 km de Bombay, étaient noyés sous 3,5 mètres d’eau. 

Des villages situés dans des zones basses inondées par les eaux de crue après les fortes pluies de mousson à Ratnagiri, dans le district de Maharashtra

Indian Air Force (IAF) / AFP

Le chef du gouvernement du Maharashtra, Uddhav Thackeray, a indiqué que les services d’urgence peinaient à atteindre des quartiers de Chiplun désormais isolés, en raison de l’état des routes et des ponts endommagés par les inondations. 

La marine a mobilisé sept équipes de secours équipées de canot gonflables, de gilets de sauvetage et de bouées sur les zones touchées, ainsi que des chauffeurs spécialisés et un hélicoptère pour hélitreuiller les personnes naufragées. 

Le personnel de la National Disaster Response Force (NDRF) secourt des villageois bloqués.

NDRF / AFP

Le département météorologique indien a placé plusieurs régions de l’Etat en alerte rouge, en précisant que les fortes pluies devraient se poursuivre dans les prochains jours. 

Bombay, privée d’eau

Aux pluies torrentielles de mousson, se sont ajoutées des marées à fort coefficient et des libérations d’eau de plusieurs barrages mis sous pression par l’accumulation des réserves, selon le gouvernement du Maharashtra.  

Inondations et glissements de terrain sont fréquents en Inde pendant la saison de la mousson (juin-septembre), qui voit souvent d’anciens bâtiments s’effondrer après des jours de pluie ininterrompue. 

Les autorités ont annoncé vendredi la mort de 4 personnes pendant la nuit dans l’effondrement d’un bâtiment d’un bidonville de Bombay, moins d’une semaine après que 34 personnes ont été écrasées par l’effondrement d’un mur, consécutif à un glissement de terrain dû aux fortes pluies. 

Les pluies ont également provoqué l’inondation d’un centre de traitement des eaux, interrompant la distribution d’eau dans « la plupart des quartiers de Bombay », ont indiqué les autorités de cette ville de 20 millions d’habitants. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Le changement climatique intensifie les phénomènes de mousson en Inde, selon un rapport de l’Institut de recherche sur l’impact climatique de Potsdam (PIK). Ce rapport alerte sur les possibles conséquences de cette évolution sur l’alimentation, l’agriculture et l’économie dans un pays représentant le cinquième de la population mondiale. 

Opinions

Ultimatum

Christophe Donner

Economie

Par Pierre Abadie, responsable Climat, Tikehau Capital

Les clefs du pouvoir

François Bazin

Chronique

Par Sylvain Fort

EN IMAGES. L’Inde frappée par des inondations meurtrières causées par la mousson