LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DÉCRYPTAGE – Malgré un plongeon du trafic aérien, les passagers attendent deux fois plus longtemps avant d’embarquer. Les aéroports parisiens cherchent la parade.

Mercredi 21 juillet, 15 heures. Depuis le début de la journée, Augustin de Romanet, PDG du groupe ADP, qui gère les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly en région parisienne, a déjà été alerté à six reprises concernant des temps d’attente supérieurs à 20 minutes sur le seul site d’Orly. Cette question est une préoccupation majeure du patron d’ADP. «J’y passe une bonne partie de mes week-ends, car je sais qu’il s’agit d’un sujet d’irritation majeure pour les passagers.» D’autant que la situation est devenue encore plus complexe avec la crise sanitaire.

En mai, l’Association internationale du transport aérien (Iata) affirmait que le temps passé par les voyageurs dans les aéroports avait tout simplement doublé entre 2019 et 2021, passant d’1 h 30 à 3 h en moyenne. Une situation d’autant plus paradoxale que les volumes de passagers se sont, eux, effondrés, ne représentant environ que 30 % de ceux d’avant la pandémie de Covid-19. Les gestionnaires d’aéroport, et notamment ADP, ont cependant

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

le casse-tête de l’explosion du temps d’attente des passagers à Roissy et Orly