LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Céline et Nordine Mihoubi vivent depuis 9 ans dans un appartement de la rue Lyautey à Forbach. Ils paient un loyer à Moselis, bailleur social qui gère les six immeubles collectifs de la rue. Sur leur décompte de charges 2020, le coût lié aux ordures ménagères s’élève à 444,41 €, contre 198,68 € l’année précédente, soit une augmentation de 123,68 % ! Idem pour leur voisine, Éliane Pages. D’autres locataires font part d’une hausse considérable sur cette dépense liée aux collectes des poubelles.

Dans le cas de la rue Lyautey, l’agglomération cumule le poids total de tous les bacs de l’ensemble immobilier et envoie la facture à Moselis. C’est ensuite à la charge du bailleur de choisir comment il répartit cette facture entre ses locataires. « Notre système de répartition n’a jamais changé, c’est selon la surface du logement », précise Christophe Hurstel.

« C’est une méthode de calcul qui nous échappe car elle anéantit l’idée même de la redevance incitative et supprime la possibilité pour l’administré de maîtriser sa quantité de déchets, regrette Jean-Paul Hilpert, qui estime que le bailleur aurait les moyens d’individualiser les factures. Il nuance néanmoins : « Comment fait-il quand il est impossible d’individualiser la pesée ? Dans certains cas, il ne peut pas faire autrement que de répartir selon la surface ».

« Pas plus de recettes pour l’agglo »

L’agglomération récupère-t-elle plus de recettes depuis l’instauration de la redevance incitative ? « Pas du tout, la recette ne peut que couvrir la dépense. Des habitants payent simplement en plus ce que les autres payent en moins. Et il est logique de ne pas entendre ceux qui payent moins », répond Jean-Paul Hilpert.

leurs charges d’ordures ménagères augmentent de 123 %