LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Des habitants transportés dans des grues, des bateaux gonflables naviguant dans les avenues chinoises ou encore les larmes de ceux qui ont tout perdu. Depuis trois jours, la Chine est inondée. Evacués sur un ponton amovible : des milliers d’habitants du centre de la Chine restent ce vendredi cernés par les eaux, trois jours après des pluies dévastatrices qui ont fait au moins 51 morts, selon un bilan revu à la hausse. Le Henan (prononcer: « Renane »), troisième province de Chine par la population avec près de 100 millions d’habitants, a été frappé par des précipitations record ces derniers jours, qui ont transformé les rues en torrents de boue. Zhengzhou, sa capitale, a été particulièrement meurtrie, au point qu’une rame de la ligne 5 du métro, envahi par une crue soudaine, a été engloutie mardi, faisant douze morts. 

Des gens roulent à l’avant d’une chargeuse pour traverser une rue inondée à la suite d’une forte pluie qui a inondé et coûté la vie à au moins 33 personnes plus tôt dans la semaine, dans la ville de Zhengzhou, dans la province chinoise du Henan, le 23 juillet 2021.

AFP

Dans la métropole de 10 millions d’habitants, pompiers et secouristes s’activent vendredi avec d’immenses pompes pour retirer les volumes d’eau accumulés dans les rues. Les intempéries ont entraîné l’évacuation de plus de 395 000 personnes et causé pour plus de 65,5 milliards de yuans (8,5 milliards d’euros) de dégâts, ont annoncé vendredi les autorités municipales. Sur un bulldozer, une quinzaine d’habitants sont évacués à la hâte. Certains ont pu prendre quelques affaires. D’autres n’ont rien et sont torse nu. A la sortie d’un tunnel du centre-ville, beaucoup restent stupéfaits devant l’entassement de dizaines de véhicules emportés par les flots mardi.  

Un chariot élévateur, des véhicules tout-terrain et un canoë sont utilisés pour transporter les résidents pris au piège lors de l’inondation historique dans la ville de Baisha du comté de Zhongmu de la ville de Baisha, la zone la plus touchée de la ville de Zhengzhou, province du Henan (centre de la Chine), le 22 juillet 2021.

Imaginechina via AFP

Des corps sont encore susceptibles de se trouver à l’intérieur des véhicules submergés. Au bord d’une avenue encore boueuse, Chen Yan cherche à quitter Zhengzhou. « Il n’y a presque aucun train aujourd’hui. Sans voiture, c’est difficile de quitter la ville », peste la trentenaire, bloquée à Zhengzhou depuis trois jours. Même scène de désolation dans la ville chinoise de Mihe : des maisons en ruines, des routes pulvérisées et des voitures ensevelies sous une marée de boue. Sous le choc, les habitants pleuraient, jeudi, devant les décombres après des intempéries dévastatrices. Ils n’ont pu que constater les dégâts lorsque la pluie s’est enfin calmée, slalomant prudemment sur les pavés défoncés, entre les poteaux et les fils électriques effondrés. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Des précipitations qui se déplacent dans le nord du pays

Le bilan du nombre de morts devrait s’aggraver à mesure que les intempéries s’éloignent et que les opérations de secours s’intensifient dans cette région densément peuplée où les communications ont été fortement perturbées. Des centaines de milliers de personnes ont été affectées par les inondations dans cette province, où les eaux de crue ont ravagé de larges portions de terres agricoles et paralysé les transports. Face à l’ampleur de la catastrophe, le président chinois Xi Jinping a appelé mercredi à la mobilisation après ces inondations « extrêmement graves ». Le gouvernement a débloqué une aide d’urgence de 100 millions de yuans (13 millions d’euros) en faveur du Henan, la province très peuplée dont Zhengzhou (prononcer: « Djangue-djo ») est la capitale. 

Plusieurs jours après le début des intempéries qui ébranlent le centre-est du pays, les fortes pluies se concentrent désormais plus au nord. A 90 km de Zhengzhou, l’agglomération de Xinxiang et ses environs sont comme coupés du monde. La rivière Wei est sortie de son lit, selon la télévision publique CCTV. Ses images montrent des sauveteurs en train d’utiliser un ponton amovible pour évacuer des habitants. Près de 9 000 personnes ont ainsi été mises à l’abri. Il en reste 19 000 à évacuer, a précisé la chaîne. Dans une rue de Weihui, l’eau arrive jusqu’aux genoux, voire jusqu’au cou par endroits. Des volontaires participent aux secours. Les habitants coincés sont évacués sur des canots pneumatiques ou des radeaux de fortune composés de portes ou de tôles. 

La photo montre le fonctionnement de la pompe à eau dans le tunnel routier gorgé d’eau de Jingguang dans la ville de Zhengzhou, dans la province chinoise du Henan (centre), le 23 juillet 2021.

Imaginechina via AFP

Ce sont surtout les personnes âgées pour qui la situation reste difficile, car le niveau d’eau complique toute sortie. Un retraité tente malgré tout de se faufiler dans une artère inondée avec son vélo, dont les roues sont entièrement couvertes d’eau. Dans une localité voisine, des centaines de personnes sont venues trouver refuge dans l’hôtel de Liang Long. « Leurs villages ont été rasés, il ne reste rien », se désole-t-il. L’hôtel, situé à une vingtaine de kilomètres des zones les plus touchées, reçoit encore des appels à l’aide. » La nourriture de notre hôtel est en train de s’épuiser ».  

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Le changement climatique est montré du doigt pour expliquer les pires intempéries survenues dans la région depuis le début des relevés météorologiques il y a 60 ans. Plus à l’est, la Chine surveille désormais avec anxiété la progression du typhon In-fa, avec des pluies torrentielles et des vents à plus de 130 kmh, selon la météorologie. In-Fa devrait toucher terre ce week-end dans la région de Shanghai, qui compte des dizaines de millions d’habitants. 

Opinions

Ultimatum

Christophe Donner

Economie

Par Pierre Abadie, responsable Climat, Tikehau Capital

Les clefs du pouvoir

François Bazin

Chronique

Par Sylvain Fort

EN IMAGES. Trois jours après des pluies dévastatrices, la Chine toujours sous les eaux