LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le chef de son parti, Matteo Salvini, évoque un acte de légitime défense. Dans la soirée du mardi 20 juillet, un élu d’extrême droite italien, adjoint municipal à la sécurité de la ville de Voghera, au nord du pays, a tué d’une balle un Marocain au cours d’une altercation sur une place publique.

Massimo Adriatici, élu de La Ligue, ancien commandant de police, a été assigné à résidence sous contrôle judiciaire et le parquet a ouvert une enquête pour acte de défense disproportionné, selon l’agence Ansa qui cite des sources proches de l’enquête.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

« Il a répliqué accidentellement par un tir »

La victime, touchée par un tir à la poitrine, est un Marocain de 39 ans. Selon la presse locale, il importunait une femme à l’extérieur d’un bar de Voghera, près de Padoue, lorsque l’élu municipal est intervenu. Après que ce dernier a appelé la police, l’homme aurait commencé à le bousculer. L’élu, qui portait un pistolet, affirme qu’un coup est parti au moment où il tombait au sol.

Pour Matteo Salvini, ancien ministre de l’Intérieur, Massimo Adriatici a été « victime d’une agression » et a agi « en état de légitime défense ». « Il a répliqué accidentellement par un tir qui a malheureusement tué un ressortissant étranger », a-t-il estimé dans une vidéo postée sur sa page Facebook. Le sénateur du Parti démocrate Alan Ferrari, élu de la région, a aussitôt exhorté Matteo Salvini à condamner les faits. « Dans un pays civilisé et démocratique, un adjoint ne tire pas sur une personne », a-t-il estimé.

Italie. Un Marocain abattu par un élu d’extrême-droite sur une place publique