LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nuit du 21 au 22 juin 2019

Le soir de la Fête de la musique, plus de 2 000 personnes sont rassemblées le long du quai Président-Wilson à Nantes (Loire-Atlantique). A l’heure fixée par les autorités, des policiers sont dépêchés sur les lieux pour mettre fin aux festivités. La musique est coupée avant de reprendre quelques minutes plus tard. Une altercation éclate entre les forces de l’ordre et les fêtards, différentes personnes chutent dans la Loire.

24 juin 2019

Steve Maia Caniço, animateur périscolaire présent sur les lieux lors de la fête de la musique, ne répond plus à ses amis depuis deux jours. La police lance donc un appel à témoins. Selon l’avis de recherche, le jeune homme âgé de 24 ans mesure 1.72m et a les yeux verts. Sa disparition entraîne l’ouverture de deux dossiers d’ordre judiciaire :
– Une enquête de la police judiciaire après « dix plaintes de policiers blessés »
– Une plainte collective de 85 participants pour « mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique », confiée à l’IGPN.

29 juillet 2019

38 jours après les faits, le pilote de la ligne  « Navibus Loire » repère un corps remontant le quai des Antilles et appelle les pompiers à 17h25. La dépouille est repêchée au niveau du quai Fernand-Crouan. Le lendemain, l’autopsie réalisée par le service médico-légal de l’Hôtel Dieu indique qu’il s’agit bien de Steva Maia Caniço, identifié notamment grâce à des analyses dentaires.

L’information judiciaire pour « disparition inquiétante » est close, une information judiciaire contre X pour « homicide involontaire » est ouverte. Le lendemain, le Premier ministre Édouard Philippe révèle les conclusions du rapport de l’IPGN. « L’intervention de la police était justifiée et n’est pas apparue disproportionnée, […] il n’a pas pu être établi de lien direct entre celle-ci et la disparition de Steve Maia Caniço » peut-on notamment lire.

4 septembre 2020

La Cour de cassation décide de dépayser l’enquête à Rennes. La demande avait initiée par les juges d’instruction nantais eux-mêmes, sous les motifs de « sérénité » et d’ « impartialité », le dossier mettant en cause des policiers avec lesquels ils travaillent régulièrement.

6 octobre 2020

Avec l’aide d’un mannequin, des enquêteurs de la police technique et scientifique reconstituent à Nantes la chute de Steve Maia Caniço. L’objectif : déterminer si elle est intervenue avant, pendant, ou après la charge des policiers, durant laquelle 14 personnes avaient dû être repêchées dans la Loire.

Un téléphone portable fonctionnant avec le même opérateur que celui de la victime est également utilisé. Le soir du drame, il avait cessé d’émettre 13 minutes après le début des heurts avec les forces de l’ordre.

 17 juin 2021

Le parquet de Rennes annonce que Steve Maia Caniço est tombé dans la Loire  « dans le temps de l’intervention de la police nationale » venue disperser le rassemblement. Six personnes sont convoquées par la juge d’instruction d’ici fin septembre, dont la maire de Nantes, Johanna Rolland ou encore le préfet de Loire-Atlantique, Claude d’Harcourt.

20 juillet 2020

Grégoire Chassaing, commissionnaire divisionnaire en charge du dispositif policier au moment des faits, est mis en examen pour homicide involontaire. Il est actuellement directeur adjoint de la sécurité publique dans le Puy-de-Dôme et ne souhaite faire « aucun commentaire sur une instruction en cours », selon son avocat Me Louis Cailliez.

Un autre commissaire, Thierry Palermo, est placé sous le statut de témoin assisté.

Faits divers. Mort de Steve Maia Caniço : la chronologie de l’affaire