LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

TUNISIE 

Une catastrophe sanitaire et sociale  

Tous les indicateurs sont au rouge dans ce pays qui affiche le taux de mortalité le plus élevé d’Afrique. La semaine du 11 au 17 juillet a été la plus meurtrière depuis le début de l’épidémie, avec 1 139 morts. Matériel, main-d’oeuvre, respirateurs : tout manque dans les hôpitaux, et la vaccination a pris un retard considérable. Derrière ce désastre sanitaire, une débâcle économique pour des millions d’habitants qui comptaient sur la saison touristique. Ce qui n’a pas empêché le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, très critiqué pour sa gestion de la crise, de passer le week-end du 17 juillet dans un palace d’Hammamet. « La Tunisie suffoque, au propre et au figuré », se désole le site d’actualités Kapitalis.  

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

INDONÉSIE 

L’épicentre de la pandémie en Asie  

Jakarta n’a pas échappé au scénario indien. Pis, l’archipel, frappé de plein fouet par le variant Delta, a dépassé le sous-continent, enregistrant un record de plus de 56 757 nouveaux cas le 15 juillet. Mais le taux de contamination serait largement sous-estimé. Selon une étude citée par The Jakarta Post, près de la moitié des habitants de la capitale sont contaminés, soit 15 fois plus que le chiffre officiel. Les hôpitaux, déjà débordés, craignent les conséquences des réunions familiales liées à l’Aïd el-Kebir, la fête du Sacrifice – du 19 au 23 juillet -, la plus importante pour la communauté musulmane, majoritaire en Indonésie.  

AFRIQUE DU SUD 

La vaccination freinée par les émeutes  

Des pharmacies pillées, des sites de vaccination fermés, des routes bloquées et le port de Durban saccagé : les troubles déclenchés par l’emprisonnement de l’ex-président Jacob Zuma, les pires depuis la fin de l’apartheid – au moins 212 morts -, ont affecté toute la chaîne de distribution médicale dans les provinces du KwaZulu-Natal et de Gauteng. Résultat, la vaccination a été ralentie, voir suspendue par endroits. Il s’agit, selon Bloomberg, du « dernier coup porté à une campagne critiquée pour son démarrage tardif et qui en reste à un stade embryonnaire ». 

ESPAGNE  

Retour du couvre-feu en Catalogne  

Comme un éternel retour… L’Espagne fait face à une nouvelle vague de Covid-19, malgré la vaccination de 50 % de sa population. La propagation du variant Delta est si incontrôlable que la Catalogne a décidé de réinstaurer un couvre-feu nocturne jusqu’au 23 juillet au moins dans plus de 160 municipalités, dont Barcelone. « On sait que la pandémie est dans une phase différente grâce aux vaccins, mais l’inquiétude monte pour deux raisons : la rapidité des infections – notamment chez les jeunes – et les admissions à l’hôpital, qui repartent également à la hausse », commente El Pais. 

ÉTATS-UNIS  

Le lobby antivaccin contre Biden 

La stratégie vaccinale de Joe Biden semble dans l’impasse. « Nous assistons à des flambées de cas dans les régions qui ont une faible couverture vaccinale », a indiqué le 16 juillet la directrice des centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC), Rochelle Walensky, évoquant une « pandémie des non-vaccinés ». La Maison-Blanche se heurte au lobbying du mouvement antivaccin, amplifié par les réseaux sociaux. « Les législateurs de plus de 40 Etats ont introduit des mesures pour interdire les passeports vaccinaux, et de nombreux gouverneurs républicains ont signé des décrets ou des lois interdisant leur utilisation », souligne le site The Hill. 

ROYAUME-UNI  

« Jour de la liberté » à haut risque 

Fini le masque obligatoire, voici venu le temps des câlins et des soirées en boîte de nuit ! Boris Johnson a tenu sa promesse de lever toutes les restrictions le 19 juillet, baptisé « jour de la liberté ». Ironie du sort, au même moment, le Premier ministre entrait en quarantaine après avoir vu un cas contact. 53 % des Britanniques ont beau être vaccinés, le nombre de cas remonte en flèche en raison du variant Delta. Pour l’épidémiologiste Deepti Gurdasani, interrogée par Euronews, Johnson « choisit d’exposer délibérément la moitié de sa population et des millions de personnes à des niveaux élevés d’infection, alors qu’elles pourraient être vaccinées dans les semaines à venir ». 

JAPON 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Le Covid s’invite au village olympique  

Sans spectateurs, mais pas sans virus… Les Jeux olympiques suscitent la plus grande inquiétude à Tokyo. Malgré les précautions prises sur place, plusieurs personnes, dont des sportifs, ont été testées positives sur le village olympique. 11 000 athlètes participent à cette compétition, déjà annulée l’an dernier en raison de la pandémie. 7 900 journalistes sont également sur place. « Le risque pour la santé du public japonais n’est pas la seule source d’inquiétude, alerte l’Asahi Shimbun. Une autre vague mondiale d’infections en provenance du Japon doit être évitée à tout prix. » 

Opinions

Economie

Par Pierre Abadie, responsable Climat, Tikehau Capital

Chronique

Par Sylvain Fort

Sciences

Jean-Marc Jancovici

Chronique

Abnousse Shalmani

Catastrophe sanitaire en Tunisie, l’Indonésie épicentre de la pandémie… Le tour de l’actu mondiale