LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Spike Lee a pris tout le monde de court en annonçant le prestigieux prix en avance. La Française Julia Ducournau devient la deuxième femme à décrocher la Palme d’or à Cannes !

Spike Lee, le président du jury de cette 74e édition du Festival, a fait cette annonce d’emblée, alors qu’il était censé annoncer le prix d’interprétation masculine. Julia Ducournau est donc récompensée pour Titane, et est couronnée 28 ans après Jane Campion pour La Leçon de piano.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

Cannes envoie un signal majeur d’ouverture en récompensant ainsi la benjamine de la compétition, 37 ans, et l’une des quatre seules femmes en compétition. Il récompense un cinéma transgressif et défricheur, empreint de féminisme.

Le film, avec une nouvelle venue bluffante, Agathe Rousselle, et l’acteur français Vincent Lindon, est furieusement contemporain et mêle à base d’hybridation femme/machine, d’amour pour les voitures et de quête de paternité. C’était le plus violent et trash de la compétition.

24 films en compétition officielle

La 74e édition du Festival de Cannes se clôt ce samedi soir. Titane succède ainsi à Parasite du Sud-Coréen Bong Joon-ho, couronné en 2019, avant le coronavirus.

Cette année, aucun favori ne se détachait nettement – 24 films étaient en compétition officielle.

Pour délibérer, le jury présidé par le cinéaste américain Spike Lee, premier artiste afro-américain à ce poste, et comptant des personnalités aussi diverses que le cinéaste Brésilien Kleber Mendonça Filho ou la chanteuse Mylène Farmer, s’était retiré dans une villa cannoise. Au sein du jury, « chacun a une opinion différente », avait confié Spike Lee dans les premiers jours du festival. « J’ai promis aux gens du jury que je ne serai pas un dictateur, que je serai démocratique… mais jusqu’à un certain point, puisque si le jury est partagé à quatre contre quatre, c’est moi qui décide ! On va se marrer ! ». La cérémonie de clôture du Festival a débuté à 19h30, et est donc l’épilogue d’une édition qui aura tenu sa promesse : célébrer, malgré la pandémie, le retour dans les salles et les retrouvailles du cinéma mondial.

Quels sont les prix d’interprétation féminine et masculine ?

L’Américain Caleb Landry Jones a décroché le prix d’interprétation masculine pour sa performance dans Nitram, où il incarne un jeune homme borderline qui s’apprête à commettre l’une des pires tueries de l’histoire de l’Australie. « Je suis trop ému, merci, merde », a-t-il réagi, le souffle coupé par l’émotion. L’acteur de 31 ans, s’est surtout illustré dans le cinéma américain indépendant.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

La Norvégienne Renate Reinsve, a décroché de son côté le prix d’interprétation féminine pour sa performance dans Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier, dans lequel elle incarne une jeune femme en quête d’elle-même. « Ce prix revient à tant de personnes », a déclaré en pleurs l’actrice de 33 ans, révélation de ce festival. « C’était magnifique, une belle expérience », a-t-elle ajouté, rendant hommage à un jury qu’elle « admire tellement ».

la Palme d’or décernée à Julia Ducournau pour « Titane »