LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Certains économistes ont déjà sorti leurs calculettes pour évaluer les retombées économiques de la victoire des Azzurri au championnat d’Europe de football : ceux de Coldiretti, principal syndicat agricole, tablent sur une hausse du PIB de 0,7%, soit 12 milliards d’euros.

Au souvenir, d’une Italie championne du monde en 2006, « la Botte » avait vu l’année suivante ses exportations bondir de près de 10% et son taux de chômage fondre de 0,7 point à 6,1%. 

L’euphorie ambiante devrait doper les dépenses, notamment dans les secteurs de l’alimentation et des boissons, avec une augmentation attendue de la consommation d’alcool et de tabac, mais aussi dans les transports, les loisirs et l’hôtellerie, selon le cabinet de conseil Brand Finance Italie.

Des espoirs de tourisme retrouvé

Ce triomphe devrait donner des ailes au tourisme, en chute libre depuis le début de la pandémie, mais qui a donné, depuis, des signes de convalescence. Le nombre de visiteurs étrangers devrait augmenter de 32% en juillet et août, tout en restant en-dessous du niveau d’avant la pandémie, selon l’Union des chambres de commerce.

La croissance de l’Italie, troisième économie de la zone euro, pourrait dépasser 5% cette année, après une chute du PIB de 8,9% en 2020 suite à l’épidémie de Covid-19.

L’Euro n’est pas le seul facteur

Mais attention à ne pas faire l’amalgame: « il faut être prudent avec les chiffres, c’est sûr que le PIB augmentera, mais il faut faire la part des choses, ce sera aussi l’effet de la reprise après la pandémie », prévient Simona Caricasulo, économiste du sport à l’université Luiss de Rome.

« La victoire de l’Italie revêt une grande importance pour la nation, en particulier après les moments difficiles de la pandémie, le moral des consommateurs est en hausse », commente Massimo Pizzo, directeur de Brand Finance Italie.

Un sentiment d’appartenance propice aux dépenses

Autre source de revenus, les équipements au couleurs de l’Italie. Simona Caricasulo affirme que « les fans achètent le maillot des Azzurri car ils ont l’impression de faire ainsi partie de la victoire ».

Les maillots bleus officiels de l’équipe nationale, signés Puma et vendus 140 euros, étaient en rupture de stock dès le lendemain de la finale, voire avant dans certains magasins. Selon Brand Finance, les recettes de sponsoring de la Squadra Azzurra devraient s’accroître de 13 millions d’euros pour atteindre 59 millions d’euros par an.

Un boom économique, à associer avec la fin du déconfinement, qui devrait permettre à la « Botte » de retrouver, au moins partiellement, son rayonnement.

Football. L’Italie, un Euro bénéfique pour l’économie du pays ?