LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Début août, il faudra présenter un pass sanitaire à jour pour pouvoir entrer dans un centre commercial. La mesure, dont on ne connaît pas encore les détails soulève de nombreuses questions pratiques.

Nouvelle donne pour faire ses courses à partir de début août. À l’instar de ce qui est prévu dans les cafés et les restaurants, les Français devront présenter un pass sanitaire à jour -preuve de test PCR ou antigénique négatif de moins de 48 heures ou attestation de vaccination (deux doses administrées il y a plus d’une semaine et non deux, comme l’a annoncé Olivier Véran ce mardi sur France 2) – pour entrer dans un centre commercial, a annoncé lundi soir Emmanuel Macron, le président de la République. Il en sera de même pour le personnel de ces centres. Des mesures prises pour éviter une quatrième vague épidémique du très contagieux variant Delta.

Pour l’heure, on ne sait pas encore comment ces mesures seront concrètement appliquées. Les professionnels de la grande distribution et des centres commerciaux étaient conviés ce mardi à 17 heures à une réunion avec Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie. Mais il est probable que la rencontre n’apporte pas toutes les réponses aux nombreuses questions pratiques que se posent depuis lundi soir les professionnels de la distribution, qui n’ont pas été concertés en amont. Ce qu’ils regrettent.

À VOIR AUSSI – «Chacun devrait être libre de choisir»: les Parisiens réagissent à l’extension du pass sanitaire contre le Covid-19

Contrôles aléatoires ou systématiques ?

«Nous sommes favorables à tout ce qui peut permet d’accélérer la vaccination des Français», explique Gontran Thüring, délégué Général chez Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC). Mais pour nous, l’obligation du pass sanitaire pour entrer dans les centres commerciaux est une mauvaise surprise.» Pour ce dernier, les mesures seront difficiles à mettre en place. Les contrôles seront-ils systématiques ou aléatoires ? Qui les réalisera ? Le Conseil national des centres commerciaux, par exemple, demande à ce que les contrôles aléatoires soient assurés par la police.

Se pose aussi la question de l’accès aux personnes non à jour avec leur pass sanitaire, aux hypermarchés où l’on vend de l’alimentation (la question n’est pas encore tranchée à Bercy), ainsi qu’aux pharmacies présentes dans les centres commerciaux.

Demande de report au 15 septembre

Par ailleurs, quid des salariés, souvent jeunes, qui ne sont pas encore vaccinés. Les professionnels s’inquiètent des délais. «Il est impossible que les salariés non vaccinés reçoivent leurs deux doses d’ici début août. Les délais sont trop courts», avance Emmanuel Le Roch, délégué général du Procos (Partenaire des enseignes du commerce et de la distribution spécialisée). «Nous demandons que l’entrée en vigueur de la mesure s’effectue le 15 septembre comme pour les soignants», ajoute Gontran Thûring. Ce dernier souligne par ailleurs que les employeurs n’ont pas juridiquement le droit de demander à leurs salariés s’ils sont vaccinés. Sur ce point, le secteur a, en partie, obtenu gain de cause. Olivier Véran a annoncé, mardi soir sur France 2, que «les salariés des établissements qui reçoivent du public» «devront avoir reçu leur première dose de vaccination au plus tard le 1er août, sans quoi à compter du 30 août ça sera un test tous les deux jours s’ils veulent continuer à travailler».

Certains pensent aussi évidemment aux probables conséquences économiques de la mesure. « La fréquentation des centres commerciaux et de leurs enseignes et donc leurs chiffres d’affaires risquent de diminuer. Nous espérons que le gouvernement a travaillé en amont pour en évaluer l’impact», explique Emmanuel Le Roch. Le sujet d’aides potentielles aux distributeurs devrait rapidement être mis sur la table par les professionnels.

Le casse-tête du pass sanitaire dans les centres commerciaux