LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Écouter cet article sur l’application

Écouter cet article sur l’application

GENEVE 

Le boom du travail des enfants  

Les chiffres sont au plus haut depuis vingt ans : 160 millions d’enfants ont été forcés à travailler en 2020 dans le monde, soit près d’un sur dix, selon un rapport de l’Organisation internationale du travail publié le 11 juin à Genève. L’Afrique subsaharienne est la région la plus concernée. En cause, la croissance démographique et le manque de soutien des gouvernements. Les effets de la pandémie pourraient aggraver la situation, prévient le site de la radio allemande DW. Selon une étude de l’ONG Human Rights Watch, « une allocation mensuelle de 1 dollar par enfant pourrait éviter à des dizaines de milliers de jeunes d’accepter des emplois risqués et épuisants. » 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

MALI 

Rideau sur Barkhane 

C’est l’opération extérieure la plus longue – huit ans – et la plus coûteuse – 1 milliard d’euros en 2020 – de l’histoire française. Emmanuel Macron a annoncé le 10 juin la fin de Barkhane, soit 5100 soldats déployés au Sahel contre les groupes djihadistes. Loin d’un désengagement, il s’agit d’une évolution vers un dispositif de forces spéciales européennes, dont l’armée française restera « la colonne vertébrale ».  

Reste à savoir si les Vingt-Sept accepteront de coopérer. Mais l’effort doit aussi venir des pays sahéliens. « Il est temps que les Africains prennent leurs responsabilités », juge le site d’info burkinabé Wakat Séra. 

ROYAUME-UNI – UE 

La guerre de la saucisse est déclarée 

La dispute a jeté un froid au sommet du G7 la semaine dernière dans les Cornouailles. Le 13 juin, le Premier ministre britannique Boris Johnson et le président français Emmanuel Macron se sont écharpés sur le statut commercial de l’Irlande du Nord. Selon le protocole signé lors du Brexit, l’Union européenne interdira dès juillet que la viande transformée, comme les saucisses, passe du Royaume-Uni à l’Irlande du Nord. Inacceptable pour « BoJo », qui menace d’abroger unilatéralement cette règle. Une chose est sûre, pour le Guardian : « Le Premier ministre britannique a perdu une occasion de briller sur la scène internationale. »  

BRESIL 

La Copa America à tout prix  

Le coup d’envoi a été donné le 13 juin, deux jours après le feu vert de la Cour suprême. Saisie par des partis de gauche et un syndicat voulant empêcher la tenue de la compétition de football en raison de la pandémie, la plus haute juridiction du pays a rejeté leurs recours. « Pour l’extrême droite, la compétition de football est une magnifique occasion de faire plaisir à ses fidèles et à tous ceux qui placent le football avant tout (…) et l’aide à détourner l’attention des difficultés économiques, du chômage et de l’épidémie de coronavirus, qui tue toujours plus de 2000 Brésiliens par jour », estime El Pais. 

ÉTATS-UNIS 

Des élus démocrates espionnés sous Trump  

« Le ministère de la Justice de Trump était plus dangereux qu’on ne le pensait », titre The Atlantic. La veille, la presse américaine révélait que le gouvernement avait, en 2018, secrètement intimé à Apple de lui fournir les données personnelles de deux parlementaires démocrates et de leur entourage. Leur crime ? Ils étaient soupçonnés d’avoir divulgué des informations sur les liens présumés entre l’administration Trump et la Russie. L’affaire montre « les abus et la politisation du ministère de la Justice » et « comment ces dérives pourraient se reproduire », commente le magazine. 

 

BIRMANIE 

Aung San Suu Kyi devant les juges 

Elle est accusée – entre autres – d’avoir accepté 600 000 dollars et 11,4 kilos d’or en pots-de-vin et de détenir… des talkies-walkies. Placée en résidence surveillée depuis le coup d’État du 1er février, Aung San Suu Kyi, dont le procès démarre ce 14 juin, risque « jusqu’à quinze ans de prison », souligne le Guardian. En parallèle, la nouvelle junte a déclaré qu’elle organiserait certes des élections dans deux ans, mais qu’elle dissoudrait la Ligue nationale pour la démocratie – le parti de la « Lady ». Malgré la répression brutale, « l’armée n’a pas réussi à rétablir le contrôle », écrit le quotidien britannique. 

BRUXELLES 

Un nouveau départ pour l’Otan  

Joe Biden ne cesse de le marteler, « l’Amérique est de retour ». Et avec elle le transatlantisme honni par son prédécesseur, Donald Trump. Au sommet de l’Otan du 14 juin, le président américain a scellé cette nouvelle donne, jurant à ses alliés de se tenir à leurs côtés en cas d’attaque. Une « obligation sacrée » face à deux menaces : la Chine et la Russie. Mais « le retour des Etats-Unis aura un prix » prévient Der Spiegel

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Washington insiste sur la nécessité pour les Européens d’augmenter leurs dépenses de défense. Ainsi, « l’Allemagne est encore loin d’avoir atteint l’objectif fixé en 2014 d’augmenter le budget de la défense dans tous les pays de l’Otan à 2% du PIB. » 

Opinions

Le meilleur des mondes

Par Sylvain Fort

Idées et débats

Par Yascha Mounk

Economie

Robin Rivaton

Numérique

Frederic Filloux

Le boom du travail des enfants, la fin de Barkhane… Le tour de l’actu internationale