LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Écouter cet article sur l’application

Écouter cet article sur l’application

HAÏTI 

L’effroi après l’assassinat du président Moïse 

Port-au-Prince s’est réveillée sans président le 7 juillet. Quelques heures plus tôt, un mystérieux commando de 28 assaillants colombiens et américains prenait d’assaut la résidence du chef de l’Etat, Jovenel Moïse, et l’abattait de 12 balles. Dans le pays, cet assassinat fait écho à celui d’un autre dirigeant haïtien, Vilbrun Guillaume Sam, le 27 juillet 1915, lynché à mort par des rebelles après des semaines de chaos. A l’époque, l’affaire avait déclenché une occupation américaine longue de vingt ans. Mais, un siècle plus tard, « la diplomatie des canonnières a vécu », écrit ABC News, à l’heure du retrait américain d’Afghanistan. « Sauf crise migratoire, la Maison-Blanche va probablement limiter son implication. » 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Lire aussi >> Haïti : »L’assassinat du président va accélérer l’effondrement en cours »

AFGHANISTAN  

L’inexorable avancée des talibans  

Comme un barrage qui s’effondre. A la faveur du départ des troupes américaines, qui sera achevé le 31 août, les talibans enchaînent les victoires stratégiques. Les insurgés, qui ont conquis le 9 juillet le plus important poste-frontière avec l’Iran, affirment contrôler 85 % du territoire. Privées de l’appui de l’aviation américaine, les forces afghanes peinent à résister, ce qui inquiète le voisin russe, souligne Euronews : « Le retrait américain est un casse-tête pour Moscou, qui craint que les combats ne poussent des réfugiés dans son arrière-cour d’Asie centrale, créent une menace djihadiste et déclenchent une guerre civile dans un Etat ex-soviétique. » 

Lire notre interview >> Afghanistan : « il y a un sentiment général d’inévitabilité de la victoire des talibans »

AFRIQUE DU SUD  

La chute de l’ex-président « Teflon »  

La justice a eu raison de « Teflon ». L’ancien président Jacob Zuma (2009-2018), surnommé ainsi pour son habileté à échapper aux procès, a passé sa première nuit en cellule le 7 juillet. Condamné à quinze mois de prison ferme pour son refus de témoigner devant la commission anticorruption, le politicien de 79 ans, compagnon de lutte de Mandela, s’est constitué prisonnier après avoir tenté tous les recours. « Si la France s’est habituée à traduire en justice d’anciens dirigeants, la pratique est nouvelle en Afrique du Sud ; notre pays n’en est pas moins la seule démocratie à envisager de condamner un ex-président à la prison pour une telle durée », se félicite le quotidien Mail & Guardian. 

INDE  

Modi parie sur le remaniement 

36 nouveaux venus, 7 promus et 12 remerciés : le Premier ministre Narendra Modi a changé de cabinet le 8 juillet, et il a voulu frapper fort. Le principal sacrifié s’appelle Harsh Vardhan. L’ex-ministre de la Santé fait les frais de la catastrophique gestion de la pandémie, en particulier lors de la très meurtrière seconde vague. Ce remaniement intègre davantage de représentants de castes inférieures, car Modi en a besoin pour remporter les élections dans l’Uttar Pradesh en mars prochain. Il mise également sur des ministres plus jeunes pour former une nouvelle génération, qui aura « trois ans pour acquérir de l’expérience avant les prochaines législatives », note le Times of India.  

 

CUBA  

Des manifestations historiques  

Le scénario semblait encore récemment improbable. Mais la colère a fini par l’emporter après des mois de pénurie (nourriture, médicaments) et le retour du Covid-19. Des centaines de Cubains sont descendus dans les rues de plusieurs villes, dont La Havane, le 11 juillet, scandant « A bas la dictature ! ». Des scènes d’une ampleur inédite sous l’ère communiste. Selon le site Diario de Cuba, basé en Espagne, elles « témoignent clairement de l’épuisement populaire envers le gouvernement de Miguel Diaz-Canel ». Ce dernier a jeté de l’huile sur le feu en donnant aux « révolutionnaires » l’ordre de « combattre » les protestataires. 

Lire notre décryptage >> A Cuba, l’effondrement du castrisme a commencé

ROYAUME-UNI  

Euro : la fête est finie, pas le Covid-19  

Plus de 60 000 spectateurs se sont massés au stade de Wembley, à Londres, pour assister à la finale de l’Euro de football entre l’Angleterre et l’Italie, le 11 juillet, remportée par la Nazionale. Dans la capitale anglaise, la déception s’ajoute à l’inquiétude face au retour en force du Covid. « Le variant Delta arrive sur le continent européen. Il semble difficile à contrer, tellement il est transmissible. L’Euro n’arrange rien », alerte l’épidémiologiste Antoine Flahault sur le site du quotidien suisse 24 Heures. Alors que plusieurs pays imposent à nouveau des restrictions, le journal souligne le risque de cette résurgence sur l’économie mondiale. 

Lire la tribune >> Alastair Campbell : Boris Johnson, l’anti-manager de l’équipe de football anglaise

ETATS-UNIS 

Biden en croisade contre les multinationales  

Le président démocrate s’est fait quelques ennemis au sein des grandes corporations. Promoteur d’une réforme fiscale majeure adoptée le 10 juillet au G20 à Venise, et prévoyant la création d’un impôt minimal mondial d’au moins 15 % sur les entreprises réalisant de plus de 750 millions d’euros de chiffre d’affaires, Joe Biden a également signé, dans son pays, un décret contre les pratiques anticoncurrentielles, notamment chez les géants de la tech. « De plus en plus de preuves montrent que la concentration des entreprises est responsable de la stagnation persistante des salaires et du déclin de la classe moyenne américaine », analyse The Washington Post.  

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Lire notre analyse >> Lina Khan, l’arme antitrust de Biden qui tient tête aux Gafam

Opinions

Chronique

par Bruno Tertrais

Economie

Par Philippe Brassac, directeur général de Crédit Agricole SA

Prospective

Par Cécile Maisonneuve, conseillère auprès du centre énergie et climat de l’IFRI et Senior Advisor de l’Institut Montaigne

Chronique

Par Pierre Assouline

Le président assassiné en Haïti, l’avancée des talibans… le tour de l’actu mondiale