LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

En dépit de la progression du variant Delta, le Royaume-Uni tenait à sa grande fête. Le stade de Wembley a accueilli 60 000 spectateurs pour la finale de l’Euro opposant l’Angleterre à l’Italie, à l’issue malheureuse pour les locaux. La rencontre aggravera-t-elle en plus la situation sanitaire du pays qui recense près de 30 000 cas de Covid-19 par jour ? Difficile de l’affirmer. Un scientifique de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Maria Van Kerkhove, a toutefois jugé « dévastateur » le fait de voir une foule compacte de supporters sans masques. « Suis-je censée prendre plaisir à regarder la transmission se dérouler sous mes yeux ? », a-t-elle tweeté lundi soir. Une chose est certaine : le pays n’entend pas faire marche arrière en termes de restrictions. 

Le ministre britannique de la Santé, Savid Javid, a confirmé ce lundi la levée de la plupart des mesures liées à l’épidémie en Angleterre au 19 juillet, comme prévu par le gouvernement. Ainsi, le télétravail ne sera plus recommandé, les salles de spectacles et les stades pourront ouvrir à pleine capacité et les discothèques pourront de nouveau accueillir du public. Les masques et la distanciation sociale pourront aussi être abandonnés. 

Mais au Royaume-Uni, chaque nation décide de son propre calendrier face à la crise sanitaire. L’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord ont eux opté pour une levée plus lente des restrictions.  

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

La situation du Royaume-Uni ressemble en fait à celle de l’Europe dans sa globalité. Si le variant touche l’intégralité du continent, les réponses divergent nettement d’un pays à un autre. L’Allemagne, la Suisse, la France ou encore la Belgique n’ont pas pris de nouvelles mesures restrictives, mais gardent un oeil attentif sur la progression du virus. D’autres, sous la pression, agissent déjà. 

Malte et l’Espagne sévissent

La Grèce est le pays où l’épidémie a accéléré le plus (+200%, 1400 nouveaux cas par jour), parmi ceux ayant enregistré au moins 1 000 contaminations quotidiennes, la semaine dernière. Athènes, comme Paris d’une certaine manière, souhaite inciter sa population à se vacciner. Le pays mise sur la distribution de chèque cadeaux, indique Le Monde, afin de convaincre les jeunes réticents. Chez les soignants en revanche, ce sera désormais une obligation. La Grèce entend aussi limiter les risques dans les lieux de fêtes. Ainsi, dans les discothèques et les bars, seules les places assises avec une certaine distance seront permises, relaye également le quotidien. Les lieux fermés, comme les salles de restaurant, seront accessibles aux détenteurs d’un passe sanitaire valide. 

En Espagne, plusieurs régions décident elles aussi de couper court à la vie nocturne. La Catalogne, particulièrement touchée par une flambée de nouveaux cas, a fermé ses bars et boîtes de nuit, et ne rend accessible que les terrasses de restaurant. Assister à des évènements de plus de 500 personnes requiert enfin un test négatif ou une preuve de vaccination complète. 

Au Portugal voisin, où le taux d’incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) s’élève désormais à 183, des couvre-feux ont été instaurés dans une soixantaine de municipalités – dont Lisbonne et Porto – au risque de contagion jugé « élevé » ou « très élevé », entre 23 heures et 6 heures du matin. Un test négatif, une preuve de vaccination ou de guérison seront aussi demandés le week-end à l’entrée des salles de restaurants, dans ces zones. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Les Pays-Bas, où infections ont été multipliées par sept en une semaine, figurent également parmi les pays qui décident de revenir sur les réouvertures prononcées au tout début de l’été. Le gouvernement a ordonné la fermeture de toutes les boîtes de nuit et la fermeture des restaurants à minuit. Tous les clients des restaurants et cafés doivent observer une distanciation de 1,5 mètre, a précisé le Premier ministre, selon qui aucun concert ni animation n’y seront autorisés. Les événements durant plus de 24 heures ont enfin été suspendus. Le tout, jusqu’au 13 août, au moins. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a été jusqu’à admettre, lundi, que son gouvernement avait commis une erreur en assouplissant certaines restrictions. Il a présenté ses excuses. 

Enfin, Malte est allé encore plus loin. Si la petite île méditerranéenne de 500 000 habitants s’enorgueillit d’être le pays le plus vacciné de l’UE, avec 79% de la population adulte ayant reçu deux doses de vaccin, les autorités sanitaires locales ont recensé vendredi 96 nouveaux cas, dont 90% chez des personnes non vaccinées. Elle a donc décidé de fermer ses frontières aux non-vaccinés jusqu’à nouvel ordre, déclenchant l’agacement de l’UE, pour qui le passe sanitaire – qui autorise également les tests PCR négatifs – doit prévaloir. 

Opinions

Economie

Par Philippe Brassac, directeur général de Crédit Agricole SA

Prospective

Par Cécile Maisonneuve, conseillère auprès du centre énergie et climat de l’IFRI et Senior Advisor de l’Institut Montaigne

Chronique

Par Pierre Assouline

Economie

Robin Rivaton

Restrictions anti-Covid : l’Europe en ordre dispersé face au variant Delta