LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Eviter une nouvelle vague de l’épidémie de Covid-19 par tous les moyens, même s’ils sont contraires aux règles européennes. Malte est le premier pays de l’UE à fermer ses frontières aux voyageurs non vaccinés, espérant ainsi juguler une recrudescence des nouveaux cas. Une décision critiquée notamment par le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune, mais qui pourrait se multiplier dans plusieurs pays. 

« A partir du mercredi 14 juillet, toute personne arrivant à Malte doit présenter un certificat de vaccination reconnu : un certificat maltais, un certificat britannique ou un certificat de l’Union européenne », a annoncé vendredi le ministre de la Santé, Chris Fearne, au cours d’une conférence de presse. 

Si depuis le 1er juin, les touristes de l’UE, des Etats-Unis et de quelques autres Etats étaient de nouveau les bienvenus sur son territoire à condition de présenter un test négatif au Covid au moment de l’embarquement dans un avion à destination de Malte, ou s’ils étaient complètement vaccinés, désormais, « un test PCR ne suffira plus », a souligné le ministre, sauf pour les mineurs de moins de 12 ans accompagnés de leurs parents. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Contraires aux règles européennes

Pour Clément Beaune, interrogé sur Europe 1/CNews/Les Echos ce dimanche, cette décision est « contraire aux règles européennes ». « Je ne le condamne pas, mais la décision qui a été prise par Malte est contraire aux règles européennes et je crois qu’il faut qu’on s’en tienne à notre cadre et l’appliquer pleinement. Ce cadre, c’est celui du passe sanitaire européen, a-t-il expliqué. Je préférerais qu’ils reviennent sur leur décision ». 

« On n’a pas toujours bien réussi à se coordonner en Europe pendant cette crise mais pour une fois, on a un passe sanitaire (…) qui est le même partout en Europe » a insisté Clément Beaune. « Ce qu’a fait Malte, c’est de ne reconnaître plus que le vaccin. Ça doit nous alerter sur le fait que si la situation se dégrade, les tentations de fermeture, quelques fois même contraires aux règles, se multiplient », a-t-il souligné. 

Le premier mais pas le dernier ?

Pourtant, Malte pourrait être suivi d’autres Etats susceptibles de prendre la même décision, estime sur franceinfo Eric Tenin, hébergeur touristique à Malte. Selon lui, « c’est le premier pays [à rendre la vaccination obligatoire pour s’y rendre], mais ça ne va pas être le dernier ». 

Malte a « très bien passé cette crise, avec très peu de morts proportionnellement à la population et une gestion assez fine de l’épidémie », explique Eric Tenin, ajoutant que « la dimension économique y est très importante », avec le tourisme qui représente « à peu près 25% du PIB ». « Ceux qui ont des intérêts pour le tourisme sont plutôt pour ouvrir le pays, les autres plutôt pour le fermer », constate-t-il. 

Ainsi, d’autres pays soumis à une dimension économique autant liée au tourisme pourraient ainsi suivre l’exemple. D’autant plus que les cas augmentent un peu partout. Aucun Etat n’a toutefois annoncé pour le moment une mesure comparable au sein de l’Union européenne. 

Du côté de l’industrie britannique du voyage, on espère que cette décision restera unique sur le continent. « C’est plutôt déroutant pour les clients car en plus de nos propres exigences, il y a [d’autres] pays eux-mêmes et leurs points de vue », a déclaré un porte-parole de l’Association of British Travel Agents (Abta), cité par The Guardian. « Personne n’a de boule de cristal, mais des pays comme l’Espagne et la Grèce sont très désireux de laisser revenir les vacanciers britanniques. En général, dans toute l’Europe, ils sont très désireux d’accueillir à nouveau les vacanciers britanniques, en particulier s’ils ont été doublement vaccinés », a-t-il encore avancé. 

Les touristes et vacanciers soumis à des mesures

En revanche, comme d’autres pays du monde, le Portugal a mis en place, jeudi, des restrictions sanitaires plus strictes pour les touristes. Ils demandent aux vacanciers – qu’ils soient portugais ou étrangers – de présenter un test négatif, une preuve de vaccination contre le Covid-19 ou une preuve de guérison pour pouvoir séjourner dans les hôtels. 

En dehors de l’Europe, le Premier ministre du Canada Justin Trudeau, a annoncé, jeudi, que les voyageurs étrangers non vaccinés ne seront pas autorisés à rentrer au pays avant « un bon moment ». « Je peux vous dire maintenant que ça ne sera pas en vigueur avant longtemps, a-t-il déclaré devant la presse. Nous devons continuer à nous assurer de la sécurité des Canadiens et que les sacrifices de tant de gens dans les derniers mois n’aient pas été faits pour rien ». 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Au cours des quinze dernières semaines, les infections quotidiennes en Espagne et en Grèce ont plus que quadruplé, passant de moyennes sur sept jours de 76 et 35 par million respectivement à 316 et 149, tandis que les cas au Portugal ont doublé, selon OurWorldinData. 

Opinions

Economie

Par Philippe Brassac, directeur général de Crédit Agricole SA

Prospective

Par Cécile Maisonneuve, conseillère auprès du centre énergie et climat de l’IFRI et Senior Advisor de l’Institut Montaigne

Chronique

Par Pierre Assouline

Economie

Robin Rivaton

Comme Malte, d’autres pays européens peuvent-ils obliger les touristes à être vaccinés ?