LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le poing levé, en costume traditionnel, avec un imposant collier d’argent autour du cou, Elisa Loncón, 58 ans, monte sur l’estrade. Dans un discours vibrant, entamé en mapudungun, la langue des Mapuche – le premier peuple autochtone du pays – elle promet de « refonder un nouveau Chili, pluriel, multilinguistique, qui respecte les femmes et les territoires ». Bref, d’en finir avec la domination des forts sur les faibles. Le moment est historique. Car en ce 4 juillet, une femme indigène devient présidente de l’Assemblée constituante, un organe presque paritaire (78 hommes pour 77 femmes) élu en mai dernier, qui dispose d’un délai d’1 an pour rédiger une nouvelle Constitution. 

Linguiste reconnue, bardée de diplômes, Elisa Loncón a la lourde tâche de proposer les thèmes et de mener les débats qui réformeront la Constituante, où la société civile et les peuples autochtones – 17 sièges leur sont réservés – sont largement représentés. « Un rôle sur mesure pour Elisa, estime l’historien Fernando Pairican, qui la croise régulièrement dans les couloirs de l’université de Santiago. C’est une fine diplomate, imperméable à la critique, qui ne se laisse pas facilement impressionner. » Dans son nouveau rôle, elle sera une interlocutrice privilégiée du président de la République, le conservateur Sebastian Piñera. 

Une révolution dans cette ancienne colonie espagnole qui, depuis son indépendance en 1818, ne s’est pas gênée pour réprimer, spolier et ostraciser les peuples premiers, dont les Mapuche, qui représentent 14 % des 19 millions de Chiliens. « Lorsque j’étais petite, les professeurs nous frappaient en nous traitant d’Indiens », a raconté à la radio, en 2017, Elisa Loncón, qui, enfant, parcourait chaque jour 8 kilomètres à pied sur des chemins boueux pour se rendre à l’école. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

La trajectoire de la famille Loncón épouse l’histoire tumultueuse de son ethnie, essentiellement établie en Araucanie, la région la plus pauvre du Chili, à 700 kilomètres au sud de la capitale. Fille d’un fabricant de meubles et d’une mère au foyer, la jeune Elisa était présente lorsque son grand-père fut arrêté après le coup d’Etat militaire d’Augusto Pinochet en 1973. Des années auparavant, ce même aïeul avait réussi la première récupération de terres à Traiguen, le fief de la famille Loncón – l’un des nombreux épisodes du conflit historique entre l’Etat et les Indiens mapuche, dépossédés de 95 % de leurs terres depuis la colonisation. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

A l’université, la jeune étudiante s’insurgeait contre la dictature et résistait en écrivant des pièces de théâtre en mapudungun. Plus tard, l’enseignement de sa langue natale devint le combat de sa vie. Dans un contexte de retour à la démocratie, la charismatique militante s’est investie dans le « Conseil de toutes les terres », qui promeut l’autonomie du territoire mapuche. Aujourd’hui, la présidente Loncón entend mettre ce sujet à l’ordre du jour de la Constituante. Lors de sa prise de fonction, l’Amérindienne s’est engagée à faire du Chili « un Etat plurinational ». Et de conclure par le cri de guerre de ses ancêtres : « Marichiwew ! », soit : « Dix et mille fois, nous vaincrons ! » 

Opinions

Prospective

Par Cécile Maisonneuve, conseillère auprès du centre énergie et climat de l’IFRI et Senior Advisor de l’Institut Montaigne

Chronique

Par Pierre Assouline

Economie

Robin Rivaton

Numérique

Frederic Filloux

Elisa Loncón, la femme qui incarne la revanche des Mapuche du Chili