LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

La loi Egalim de 2018 visait les 20% de produits labellisés Agriculture biologique dans les cantines en 2022. Mais la conversion avance encore très doucement.

Précurseur en quelque sorte du végétal, le bio a commencé sa percée dans les rayons il y a 10 ans. Alors que plusieurs filières et industriels de l’agroalimentaire ont fait état ces derniers mois d’un ralentissement, parfois sensible, de la dynamique de ces produits issus de l’agriculture biologique, le secteur a confirmé en 2020 qu’il restait en bonne santé. La croissance s’est certes atténuée par rapport aux 15 % de 2019 et aux 13 % de 2018, mais elle a encore atteint 10,4 %. De quoi dépasser les 13 milliards d’euros de chiffre d’affaires, selon les chiffres de l’Agence Bio publiés vendredi. Ces performances sont rassurantes dans un contexte de crise où les habitudes alimentaires des Français ont été sérieusement bousculées.

Après des années de forte croissance, arrive l’heure de la maturité sur certains segments (lait, œufs…). «Nous percevons quelques signaux de faiblesse sur certains segments comme les œufs», note le président de l’Agence Bio Philippe Henry. Les professionnels du secteur

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Le bio cherche des relais de croissance dans les cantines