LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Six professionnels sur dix exerçant en Ehpad et USLD ont reçu au moins une dose, un chiffre qui demeure plus faible que la couverture vaccinale de la population adulte française.

Brandie par l’exécutif, la menace de l’obligation vaccinale ne suscite pas un engouement particulièrement notable chez les professionnels des Ehpad et unités de soin longue durée (USLD). D’après les dernières données communiquées par Santé Publique France jeudi soir, 60,5% de ces individus avaient reçu au moins une dose de vaccin et près de la moitié (49,7%) présentait un schéma vaccinal complet, au 6 juillet.

Ces données restent donc inférieures aux taux de couverture des adultes français : l’estimation pour cette population atteint «64,7% pour au moins une dose et 48,1% pour une vaccination complète», lit-on dans le document. En outre, les chiffres de Santé publique France montrent que la progression reste lente, dans les Ehpad : les taux de couverture chez les professionnels étaient établis, fin juin, à 59,3% pour une dose et 47,3% pour un schéma complet.

Ce constat s’applique également aux résidents de ces établissements, à une nuance près : les taux sont bien plus élevés, il est donc normal que la vaccination progresse moins. Au 6 juillet, 88,8% des résidents avaient reçu au moins une dose, et 83,1% avaient un schéma vaccinal complet, contre 88,5% et 82,4% respectivement une semaine plus tôt.

Les menaces brandies par l’exécutif et la pression accrue pour que la vaccination se déploie aussi vite que possible semblent donc avoir un effet mitigé dans ces établissements. Certes, les taux progressent, mais le résultat est encore loin d’être suffisant. Le gouvernement maintient de son côté la menace d’une obligation vaccinale pour les soignants, qui se rapproche de jour en jour. La ministre du Travail doit recevoir ce vendredi les partenaires sociaux pour discuter de ce sujet et des sanctions potentielles en cas de refus de la part des principaux intéressés. «Quand on a une obligation de vaccination et qu’on ne la respecte pas, c’est une faute. Ça peut entraîner des sanctions disciplinaires allant jusqu’au licenciement», a-t-elle souligné jeudi sur Europe 1.

À VOIR AUSSI – Vaccination obligatoire des soignants: les professionnels du soin tous favorables

Des inégalités de couverture selon les territoires

La pression continue à monter : Richard Ferrand, Laurent Berger, tribune collective de 100 médecins… De nombreuses voix ont appelé le gouvernement à agir rapidement. Le conseil scientifique a, lui aussi, préconisé une obligation vaccinale pour les soignants, ce vendredi, argumentant que le taux de couverture demeurait «trop bas, parmi les personnels du secteur médico-social en contact avec des personnes âgées et/ou handicapées en EHPAD, établissements spécialisés ou en ville».

Le conseil a également noté la «grande hétérogénéité territoriale» subsistant : près de sept professionnels sur dix ont reçu au moins une dose en Bretagne, dans les Hauts-de-France et en Normandie, alors que le taux est inférieur à 57% en Île-de-France et en Corse. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le constat est encore moins reluisant : la moitié (50,6%) des professionnels seulement a reçu une dose au moins.

malgré les pressions, la vaccination progresse lentement parmi les professionnels des Ehpad