LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le ministre de l’Économie et le porte-parole du gouvernement restent déterminés et mettent en avant l’exigence des restrictions.

Le gouvernement semble ne plus vouloir repousser l’échéance en ce qui concerne les boîtes de nuit. Malgré la recrudescence des cas de Covid sous l’influence du variant Delta et alors que la Catalogne vient d’annoncer la fermeture des discothèques pour la fin de la semaine, celles-ci devraient accueillir de nouveau le public en France ce vendredi. Interrogé sur BFMTV, Bruno Le Maire garde le cap tandis que Gabriel Attal souligne la «vigilance» de l’État.

Selon Bruno Le Maire, l’exécutif ne se pose pour l’instant pas la question. «Ça [la réouverture des discothèques] n’est pas remis en question à l’heure ou je vous parle», a assuré le ministre. Il pointe aussi le fait que tout le secteur n’est pas concerné car seul «environ la moitié ou un peu plus vont rouvrir». Le ministre s’en est félicité, expliquant que «les dispositifs sont contraignants, donc efficaces».

À VOIR AUSSI – Covid-19: la Catalogne referme ses établissements de nuit pour freiner l’augmentation «exponentielle» des cas

Le gouvernement reste confiant

Gabriel Attal reste dans les sillons de Bercy en tenant le même discours. Le porte-parole a lui aussi rappelé que les mesures imposées sont strictes. «La réouverture est très encadrée, avec une jauge et un pass sanitaire pour rentrer», a-t-il détaillé. Il a aussi tenu à mettre en avant qu’il y aura «énormément de contrôle», pour que «la jauge soit respectée» et «le pass sanitaire bien demandé». Il voit par ailleurs les chiffres de Bruno Le Maire à la hausse estimant que «70% des discothèques» ne rouvriront pas, «tellement c’est [le protocole] strict».

Le gouvernement ne recule donc pas pour l’instant et se veut rassurant sur le sujet. «On a toujours mis la santé comme boussole mais on a un temps d’avance sur la 4e vague », a répété Gabriel Attal. C’est selon lui la raison pour laquelle l’État reste confiant sur ses capacités à se mobiliser. Les premières soirées seront donc scrutées de près car le gouvernement espère «tout sauf le confinement» en septembre.

Le Maire et Attal ne reviennent pas sur la réouverture des discothèques