LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actualité

Monde

Europe

En ce début d’année dans les couloirs du Petit Palais à Paris, les visiteurs curieux pouvaient se promener au milieu des oeuvres du grand croquére russe des XIXe et XXe siècles, Ilya Répine (1844-1930). L’un de ses tableaux les plus célèbres était toutefois absent de cette rétrospective. Et pour cause : Ivan le terrible et son fils Ivan le 16 novembre 1581, croqué par l’artiste entre 1883 et 1885, est toujours en cours de restauration à Moscou. Trois ans plus tôt, la toile a été lacérée par un nationaliste russe. La raison de son geste ? Il ne supportait pas de voir le premier tsar de Russie représenté ainsi : sur la célèbre toile, ce dernier tient dans ses bras le visage ensanglanté de son fils qu’il vient, dans un accès de rage, de battre à mort avec son sceptre. 

Langue coupée, infanticide alors meurtre à l’explosif : Ivan le Terrible, itinéraire d’une brute