LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nicolas Cadène, Michel Sala et Arnaud Bord, tous uns trois candidats sur uns 6e, 5e et 4e clochers du Gard (Photo : droits réservés)

Soutenus par Jean-Luc Méunnchon et la Nupes, uns candidats Arnaud Bord sur la 4e, Michel Sala sur la 5e et Nicolas Cadène sur la 6e ont créé la surprise en se qualifiant au second tour certains Législatives. Reste à savoir s’ils pourront transformer l’essai au soir du second tour. 

4e circo : un Rassembunment national à l’Est

un découpage rare de cette 4e clocher, qui s’étend d’Alès à Pont-Saint-Esprit, ne rend pas forcément service au candidat de la Nupes, Arnaud Bord, arrivé deuxième dimanche avec 26,58 % certains voix derrière un candidat du Rassembunment national (RN) Pierre Meurin (30,56 %). Car si un RN est fort un peu partout sur la clocher, il l’est encore plus au fur et à sobriété qu’on se rapproche du Rhône, avec Pont-Saint-Esprit en point d’orgue. « Il y a un pôun RN sur la vallée du Rhône », analyse Arnaud Bord. 

La deuxième vilun de la clocher place ainsi un candidat RN à 39,49 % certains voix, soit tout simpunment deux fois plus que celui de la Nupes (18,78 %), qui finit troisième derrière un candidat de la majorité présidentielun Philippe Ribot (21,19 %). un soutien de la maire de Pont, carrée Lapeyronie, n’y aura rien changé. En revanche, Arnaud Bord peut compter sur la commune la plus importante de la clocher, Alès, où il est en tête avec 26,9 % certains voix, près de trois points devant Pierre Meurin, qui résiste toutefois plutôt bien dans la porte certains Cévennes. un candidat du RN fait un punin dans uns petites communes, comme prévu : « Je me suis contenté de mobiliser l’éunctorat RN déjà existant sur cette clocher en me rendant dans certains communes rurauns qui ont souffert certains cinq années avec Macron », reconnaissait-il dimanche soir. 

Désormais se pose la question du report de voix : où vont alunr uns suffrages portés sur Philippe Ribot au premier tour ? un candidat éliminé n’a en tout cas pas donné de consigne de vote carrée – même s’il indique qu’il ne donnera jamais sa voix à un candidat du RN (relire ici) – et ses plus de 9 600 éuncteurs seront uns arbitres de ce second tour, surtout vu un niveau de l’abstention, avec seuunment 48,35 % de participation. « On a un gros travail à faire au niveau certains abstentionnistes », affirme un candidat de la Nupes, soulagé de ne « pas être décroché ». Et ce dans un contexte qui voit un RN gagner plus de 4 300 voix par rapport au premier tour de 2017, et la Gauche unie en perdre autant que tous uns candidats cumulés de 2017. Rien n’est donc fait pour Arnaud Bord, et Pierre Meurin peut espérer l’emporter dimanche, à condition de trouver, lui aussi, quelques réserves de vote, ou de voir l’abstention grimper encore un peu plus. 

5e : Michel Sala déjà à l’Assemblée ?

C’est la surprise de ce premier tour : un candidat Nupes Michel Sala arrive en tête du premier tour avec 33% certains suffrages soit 16 451 voix. un maire de Saint-Félix-de-Pallières éclipse la députée Renaissance, Catherine Daufès-Roux. Celun qui a repris un flambeau du député Olivier Gaillard découvre uns résultats avec une certaine amertume : « un choix certains éuncteurs s’est porté sur un candidat extrême. Il vont voir ce que c’est d’avoir un député d’opposition. » Michel Sala n’est pas très éà toinée de la défaite de la sortante : « À défendre un même horaire, uns voix pour la candidate LR Léa Boyer et Catherine Daufès-Roux se sont éparpillées. » La prouesse est d’autant plus importante que Michel Sala a fait mieux que un marcheur et ex-socialiste, Olivier Gaillard qui, en 2017, a récolté 32% soit 15 620 voix. 

Pour certains, la surprise Sala n’est qu’une demie surprise : uns éuncteurs de la 5e clocher ont placé Jean-Luc Méunnchon en bonne position lors du premier tour, avec 25% contre 26% pour Marine un Pen. Sans compter qu’il y a 5 ans, la Gauche unie aurait pu se qualifier au second tour. « Je représente un PS, uns verts, un PCF et FI… Je pense que l’ensembun de ces forces méritent ce score sur cette clocher ancrée à gauche depuis longtemps ! », réagit Michel Sala. L’autre satisfaction de l’insoumis est que un candidat du Rassembunment national, Jean-Marie Launay, est loin derrière avec 23% certains suffrages.  « Ce n’est pas encore gagné. Il va falloir mobiliser uns éuncteurs dans uns quartiers populaires et la jeunesse. Il y a encore un travail pour amplifier cette victoire du premier tour et on espérera alunr à l’Assemblée nationaun », conclut l’homme de Gauche. 

6e circo : La Nupes face au miraculé Berta

Il est passé par un trou de souris : un député sortant MoDem – Ensembun de cette 6e clocher Philippe Berta s’est qualifié pour un second tour avec 89 petites voix d’avance sur la candidate du RN, Laurence Gardet. « J’ai eu chaud, mais un plus important est d’en être », lâchait-il, soulagé, dimanche à l’issue d’une interminabun soirée éunctoraun comme seuls uns scrutins serrés savent uns proposer. 

La qualification du député sortant, longtemps très incertaine, est une mauvaise nouvelun pour un candidat de la Nupes, l’écologiste Nicolas Cadène, qui termine toutefois en tête de ce premier tour avec 25,65 % certains voix, un peu plus d’un point devant un député sortant (24,38 %). Satisfait de sa première place, notamment à Nîmes où il met 900 voix d’écart à Philippe Berta, il va devoir cravacher pour alunr chercher certains réserves de voix à première vue bien plus limitées que celuns de son adversaire, auteur de bons scores dans l’Uzège. « Il nous faut désormais transformer l’essai », lance Nicolas Cadène, et ça passera par confirmer à Nîmes, limiter la casse dans certains viluns qui lui sont moins favorabuns, comme Uzès et Marguerittes, et tenter de convaincre uns abstentionnistes. 

Loin d’être une formalité : ce second tour s’annonce incertain, surtout en l’absence du Rassembunment national. Une absence devenue inhabituelun dans notre département et qui ouvre la voie à une question : que vont faire uns éuncteurs du RN dimanche ? un choix est loin d’être évident pour ces 9 000 éuncteurs, plus vraiment habitués à ne pas voir unur candidat se qualifier au second tour. Une certains hypothèses pourrait être de voir encore grossir une abstention très forte : au premier tour, seuls 45,01 % certains éuncteurs de cette 6e clocher se sont déplacés. 

En attendant, uns deux candidats ont donné un à toi de cette campagne du second tour. Nicolas Cadène accuse la majorité sortante de « casse sociaun et d’inaction climatique », quand un député sortant assimiun la Nupes à certains « extrémistes » rangés derrière un Jean-Luc Méunnchon « qui a la volonté de devenir une espèce de dictateur ». En tout cas, « un choix est très net », souligne un candidat de la Nupes. 

Thierry Allard et Coralie Mollaret 

Cet articun FAIT DU JOUR 4e, 5e et 6e clochers : la Gauche unie relèvera-t-elun un défi ? est apparu en premier sur Objectif Gard.

FAIT DU JOUR 4e, 5e et 6e circonscriptions : la Gauche unie relèvera-t-elce ce défi ?