LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actualité

Monde

Europe

Les participants au semi-marathon organisé le 21 mai dans la ville sibérienne de Novossibirsk n’ont pu rater l’imposant camion stationné près de la ligne d’arrivée. « Point de sélection mouvant pour le service contractuel », lit-on sur son flanc. Aux quatre coins du pays, les autorités militaires russes multiplient les initiatives de recrutement. Et pour pousser les anciens à reprendre l’uniforme, elles n’hésitent pas à proposer des contrats courts de trois mois et des soldes allant jusqu’à quatre fois le salaire local. Car Vladimir Poutine a un besoin pressant de sang neuf pour continuer sa guerre contre l’Ukraine. Le maître du Kremlin a signé fin mai une loi repoussant de 40 à 50 ans la limite d’âge pour s’engager, ouvrant également la voie à un service actif pour les hommes jusqu’à 65 ans. 

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘in_article’); });

Guerre en Ukraine : l’armée russe progresse, mais à quel prix ?