LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Au terme de deux semaines d’audience, la cour d’assises de la Loire-Atlantique a rendu mercredi soir son verdict. Hubert Caouissin, accusé du meurtre sordide de quatre membres de sa belle-famille a été reconnu coupable. 

L’altération de son jugement a toutefois été retenue, lui faisant ainsi bénéficier d’une atténuation de peine. Il est condamné à 30 ans de réclusion criminelle et échappe à la perpétuité requise par les avocats généraux. 

Lydie Troadec, son ex-compagne qui comparaissait libre, est, quant à elle, reconnue coupable de deux délits recel de cadavres et modification de scène de crime. L’altération de son discernement n’a pas été retenu. Elle est condamnée à trois ans de prison dont un an avec sursis, avec mandat de dépôt, ce qui signifie incarcération immédiate. 

« Je demande pardon »

La cour s’était retirée pour délibérer mercredi peu après 15 heures, après les derniers mots des accusés. « Je regrette infiniment ce qui s’est passé à Orvault et ce que j’ai fait après. Je demande pardon à tous ceux qui ont été affectés. Je demande pardon à Sébastien, à Charlotte, à Brigitte et à Pascal », avait déclaré Hubert Caouissin.

Juste avant, à l’occasion des plaidoiries de la défense, l’un de ses avocats, Me Thierry Fillion, avait imploré les magistrats et le jury d’avoir le « courage » de ne pas condamner à perpétuité cet homme à la « paranoïa atroce ». « Hubert Caouissin est dans une cage, il est dans une cage mentale, dans une cage d’obsession et de délire. Il n’a pas choisi de tuer ses victimes. Il n’était pas libre, il était pris dans cette paranoïa atroce. Vous devez en tenir compte », avait-il notamment lancé.

Mercredi, lors du réquisitoire, l’accusation avait requis la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de l’accusé, écartant l’altération du discernement (et une atténuation de peine) de Hubert Caouissin. « A un moment, l’atrocité des crimes commis doit prendre le dessus sur les motivations profondes du passage à l’acte », a estimé l’une des avocats généraux, Charlotte Gazzera, dans ses réquisitions.

Contre Lydie Troadec son ex-compagne, qui comparaît pour pour recel de cadavres et modification d’une scène de crime, la peine maximale de trois ans de prison ferme a été requise. « Cela mériterait une peine bien supérieure », a estimé l’avocat général Stéphane Cantero, qui a moqué le rôle de « nunuche soumise (…) à maman et à son compagnon » que jouerait l’accusée pour échapper à une peine trop lourde.

Pendant deux semaines, la cour d’assises de la Loire-Atlantique s’est penchée sur le quadruple meurtre de la famille Troadec : Pascal, le frère de Lydie, son épouse Brigitte, et les deux enfants du couple, Sébastien et Charlotte. La famille avait été décimée dans la nuit du 16 février 2017 à son domicile d’Orvault, dans la banlieue de Nantes. Le mobile avancé ? Un supposé trésor, que Pascal se serait accaparé. Les quatre membres de la famille avaient été tués à coups de pied de biche, avant de se débarrasser des corps, dépecés, brûlés et dispersés par Hubert Caouissin sur le terrain de sa ferme de Pont-de-Buis, dans le Finistère.

Hubert Caouissin condamné à 30 ans de réclusion