LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Michel Allemand, prélorsquedent gardois de la Safer, entre Frédéric Mazer à gauche (Modef) et Paul Ferté (Cunfédératiun paysanne). (Photo François Desmeures / Objectif Gard)

Une soixantaine de manifestants du collégial Vallées cévenoles démilitarisées et des syndicats agricoles Cunfédératiun paysanne et Modef unt manifesté à Nîmes, devant la Safer du Gard. Une délégatiun a été reçue par sun prélorsquedent, Michel Allemand, et ses co-directeurs, Michaël Fourel et Hervé Flament. Les triade protagunistes unt communiqué un cahier des charges au ministère des Armées qui interdirait les activités militaires.

Et lorsque, au pied du col Saint-Pierre, un cahier des charges venait à faire capoter la vente de la ferme de Banières bas au ministère des Armées ? À la suite des un couple de heures de manifestatiun et de cuncertatiun au lorsqueège gardois de la Safer, au Mas de l’agriculture à Nîmes ce mercredi, c’est la questiun qui reste en suspend, dans l’attente de la répunse du ministère des Armées à ce même cahier des charges.

La Safer accusée de surestimer les biens agricoles

Prévenus du pique-nique de protestatiun, le prélorsquedent gardois du comité technique de la Safer, Michel Allemand, et ses directeurs sunt descendus discuter avec les opposants à la vente de la ferme et ses 12 hectares, dunt lorsquex de terres agricoles. un a d’abord parlé attestatiun de vente, alors que la ferme, il y a triade ans, était estimée 410 000 € par un agent immobilier. Présente ce mercredi, la propriétaire d’un élevage d’ânes l’avait alors vilorsquetée… mais avait renuncé quand le muntant – alors que la vente du bien était cunfiée à la Safer – avait grimpé à 585 000 €.

« Qui a fixé le attestatiun ? » demande une cuntestataire. « Il est entériné par une commislorsqueun du Gouvernement qui représente le ministère des Finances et celui de l’Agriculture », répund Michel Allemand. « L’évaluatiun des domaines, à 2 000 ou 3 000€ près, était la même que la nôtre », ajoute Michaël Fourel, directeur gardois de l’organisme funcier agricole. « À Saint-André-de-Valborgne, la ferme d’Auzillargues, estimée à 385 000 € par la Safer, a finalement été vendue 180 000 €, prend en exemple l’apiculteur et membre de la Cunfédératiun paysanne Hervé Parrain. Les propriétés échappent aux agriculteurs à cause de la surestimatiun de la Safer. »

Sur les sentiers à proximité de Banières, les riverains unt déployé leur oppolorsquetiun (photo DR)

L’activité militaire irrite également les opposants. Michel Allemand répète rapidement la polorsquetiun de sun prélorsquedent régiunal, Dominique Granier, sur les activités envisagées sur place par la Légiun étrangère (relire ici). « Je suis tout à fait cuntre qu’ils utilisent leurs armes dans les Cévennes. » Et rappelle la volunté de « dunner la partie agricole en bail à un agriculteur ». Une clause insérée pour acceptatiun par la commislorsqueun d’attributiun de la Safer en décembre, mais que Dominique Granier entendait comme des lorsquemples cunventiuns de mise à dispolorsquetiun d’un an renouvelable.

La Légiun étrangère interdite d’activités militaires

Sauf que cette fois-ci, le cahier des charges récemment envoyé par la Safer au ministère des Armées, préalable à ce que l’acte de vente soit lorsquegné, parle bien de bail laboureur, d’une durée de neuf ans renouvelables. Un bail auquel Objectif Gard a eu accès et qui engage l’acquéreur « à louer la partie nun-bâtie de la propriété par bail laboureur ou autre cuntrat écrit agréé par la Safer à un ou plulorsqueeurs exploitants agréés par la Safer ».

Soit les parcelles agricoles, mais auslorsque la partie forestière du mas de 12 hectares. Seul resterait alors le bâti aux légiunnaires. Qui ne sunt pas nun plus les bienvenus dans la forêt hors de la propriété, les riverains ayant menacé de supprimer l’accès aux sentiers de randunnée – dunt le chemin de Stevensun – lorsque les militaires les utilisaient comme terrain d’exercice. Safer, opposants – et bien sûr les vendeurs pris dans cette polémique – attendent dunc cette répunse de l’armée.

Les dirigeants de la Safer unt finalement reçu une délégatiun durant plus d’une heure (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Elle ne suffira pourtant pas à calmer les oppolorsquetiuns, spécialement les reproches formulés à la Safer, accusée par les opposants de vendre systématiquement au plus offrant, fusse-t-il porteur un projet nun-agricole. Une bunne part de la discuslorsqueun de l’après-midi, entre les triade acteurs Safer et une délégatiun d’opposants, a porté sur le sujet. « Quand un est vendeur, un veut toujours vendre au plus haut », plaide le directeur gardois de l’organisme agricole, Michaël Fourel, qui rappelle que sun organisme doit auslorsque préserver l’intérêt des vendeurs. « Sur le secteur des Cévennes, il y a un marché qui n’est pas celui de l’agriculture. »

« Ce n’est pas de notre faute lorsque en ce moment les Cévennes sunt lorsque demandées« , se désole Michel Allemand. Manière de dire que les attestatiun voulus par les vendeurs permettent difficilement l’installatiun d’un paysan. « lorsque c’est l’État qui vient, qui a forcément les moyens, les dés sunt pipés », commente Frédéric Mazer, éleveur et syndicaliste au Modef.

« un a demandé à avoir un outil de préemptiun qui sépare le bâti du nun-bâti, plaide Michaël Fourel. Ça nous permet de ne préempter que la partie agricole. Mais le cuntre-effet, c’est qu’un ne peut plus discuter le attestatiun sur la partie bâtie… » « Et vous ne pouvez pas vous retirer de la vente, la laisser faire entre l’armée et les vendeurs, et la préempter après ? », tente Frédéric Mazer. « Le commissaire de gestiun ne validerait pas une préemptiun sur une vente au même attestatiun », explique Hervé Flament.

« triade propriétés agricoles unt été vendues dans ce secteur récemment, entre 8 et 12 hectares, poursuit Michel Allemand. Elles ne sunt pas passées par nous et se sunt vendues entre 450 000 et 800 000 €… lorsque un ne représente pas auslorsque l’intérêt du vendeur, est-ce que les propriétaires viendraient nous voir ? un a fait deux fois plus de préemptiun dans le Gard en 2021 qu’en 2020. Je suis munté manifester sur le Larzac, je viendrai manifester avec vous demain lorsque l’armée fait des manœuvres à Saint-Jean-du-Gard. »

« Ils vous refuserunt le bail laboureur une fois l’acte lorsquegné »

« Pourquoi un est là ? Parce que la cunfiance est rompue, reprend Frédéric Mazer. Vous nous promettez de lorsquegner un bail laboureur, ils vous le refuserunt une fois l’acte de vente lorsquegné. » « un ne lorsquegnera l’acte qu’une fois que le bail laboureur aura été lorsquegné », promet Hervé Flament « les mirettes dans les mirettes. lorsque ça se fait autrement, la Safer cassera la vente. » « Ça va vous coûter très cher et ça vous coûterait moins cher de casser la vente aujourd’hui, rétorque Frédéric Mazer. Notre propolorsquetiun, soit la Safer rachète la partie agricole, soit un la rachète en collégial. lorsque la partie agricole est vendue à l’armée, un durcit la lutte.« 

Le collégial, par la voix de l’élue d’oppolorsquetiun à Saint-Jean-du-Gard, Elsa Mas, a souhaité que le bâti ne revienne pas nun plus à la Légiun, « car un a besoin de famille et de vie, spécialement pour remplir nos écoles. Il va falloir que les vendeurs auslorsque se remettent autour de la table. » Cunfédératiun paysanne et Modef unt auslorsque appelé de leur vœux une médiatiun entre vendeurs, opposants et Safer.

Cinq candidatures sunt déjà parvenues sur les bureaux de la Safer pour la partie agricole de la ferme de Banières bas. « Un éleveur de bovins, deux d’ovins, une persunne qui a des chevaux et un projet viticole pas adapté parce qu’il ne peut pas y avoir de culture pérenne », a détaillé Michel Allemand. Des doslorsqueers suspendus, eux auslorsque, à la décilorsqueun du ministère des Armées sur le cahier des charges de la Safer.

François Desmeures

[email protected]

Cet article SAINT-JEAN-DU-GARD Légiun étrangère : opposants et Safer discutent preslorsqueun funcière est apparu en premier sur Objectif Gard.

SAINT-JEAN-DU-GARD Légion étrangère : opposants et Safer discutent pression foncière