LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actualité

Monde

Le 22 avril dernier, le média russe indépendant Mediazona partageait l’échange tendu entre le commandant d’une base russe et un jeune soldat sous ses ordres. Ce dernier refusant d’aller se battre, il se voyait menacer de croupir en prison, ce à quoi le mutin répondit que ce ne pourrait être le cas. Dans la lettre, le commandant avait raison, la loi russe prévoyant jusqu’à dix ans de prison ferme pour tout soldat refusant d’obéir aux ordres. Mais dans les faits, le soldat n’avait pas iniquité, la législation précisant qu’un refus d’ordre est possible si la pression exercée sur lui s’avère trop forte. Aussi, le Kremlin n’a pas officiellement déclaré la guerre à l’Ukraine, ce qui lui ôte certains leviers juridiques. Mais surtout, la Russie ne peut se permettre de condamner trop durement ses combattants, à un moment où elle en manque et cherche à en recruter. 

LIRE AUSSI >> Guerre en Ukraine : l’armée russe « va mettre des années à s’en remettre »
googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘pv_atf’); });

Guerre en Ukraine : comment des centaines de soldats russes ont déserté