LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rio Tinto, General Motors et même le Département américain de l’énergie investissent massivement dans une série de nouvelles technologies qui pourraient révolutionner la façon dont le lithium est produit pour les batteries des véhicules électriques.

Ces technologies doivent cependant prouver qu’elles fonctionnent à l’échelle commerciale.

S’ils y arrivent, les mineurs pourront augmenter la production mondiale de lithium avec une empreinte bien inférieure à celle des mines à ciel ouvert et des bassins d’évaporation, qui ont souvent la taille de plusieurs terrains de football et sont impopulaires auprès des communautés locales.

Ces technologies dites d’extraction directe du lithium (DLE) extraient le métal blanc de la saumure à l’aide de filtres, de membranes, de billes de céramique ou d’autres équipements qui peuvent généralement être hébergés dans un petit entrepôt. Mais ils utilisent souvent beaucoup d’eau potable et d’électricité, et aucun n’a fonctionné à l’échelle commerciale.

Les constructeurs automobiles mondiaux, les sociétés minières et les investisseurs injectent des millions de dollars dans les entreprises DLE, pariant qu’ils peuvent fournir l’essentiel du lithium nécessaire pour alimenter la révolution des véhicules électriques.

« Cela change tellement la donne. Il y a d’énormes opportunités« , a déclaré la secrétaire américaine à l’Énergie, Jennifer Granholm, lors d’une conférence sur l’énergie le mois dernier à propos des DLE.

Un procédé très gourmand en eau

La société Berkshire Hathaway a reçu une subvention de 15 millions de dollars pour tester la technologie DLE à Salton Sea en Californie, sous laquelle se trouvent de grands gisements de lithium géothermique.

La technologie sur laquelle General Motors s’appuie pour fournir une « quantité importante » de son lithium de la région de Salton Sea utilise 10 tonnes d’eau pour chaque tonne de lithium produite, ce qui ne manque pas de susciter le doute au sein de l’industrie.

Des technologies de dessalement sont aujourd’hui envisagées pour filtrer l’eau saumâtre afin d’éviter d’utiliser de l’eau potable.

Il existe des dizaines d’entreprises axées sur la DLE dans le monde.

« L’extraction directe du lithium devient un sujet brûlant« , a déclaré Olivier Le Peuch, directeur général de Schlumberger, qui développe la technologie DLE avec Panasonic. Il espère approvisionner la Gigafactory Nevada de Tesla, mais a reconnu qu’il devait trouver un moyen de produire le métal sans eau potable.

Les ambitions américaines et mondiales de passer au vert sont en jeu. Au moins 70% des gisements de lithium américains sont détenus dans des réserves de saumure, selon le département de l’énergie. Ailleurs, la DLE offre une chance de produire du lithium dans des zones où les mines à ciel ouvert font face à une forte opposition.

La nouvelle technologie de minage de lithium, un espoir pour la planète