LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le président des Républicains Christian Jacob a maintenu mardi le calendrier de la désignation du candidat de ce parti à la présidentielle : « Nous aurons un congrès le 25 septembre et ensuite la décision pour le choix de notre candidat, au mois de novembre, se fera à nouveau en congrès », a-t-il dit. 

« Ce processus nous permettra en novembre de désigner notre candidat », a assuré Christian Jacob, qui a également annoncé des changements dans l’équipe dirigeante de LR à la suite du soutien affiché du numéro 2 Guillaume Peltier à Xavier Bertrand. C’est donc désormais Annie Genevard qui devient vice-présidente déléguée des Républicains. 

Une décision qu’on sait contestée par certaines grandes figures de la droite : lundi soir, Valérie Pécresse (ex-LR), Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, tous trois candidats potentiels à la présidentielle, ont en effet signé une tribune dans Le Figaro appelant « dès que possible » à l’organisation d’une primaire ouverte de la droite et du centre.

Xavier Bertrand, cavalier solitaire

Le patron des Républicains a également appelé les différents candidats de son parti et ceux qui n’en sont pas (ou plus) membres « à la responsabilité » et à se « mettre d’accord ». Il « ne peut pas y avoir deux candidats de la droite et du centre », a-t-il martelé. 

Le message était notamment destiné à Xavier Bertrand, réélu fin juin à la tête de la région des Hauts-de-France et candidat déclaré à la présidentielle, mais plus membre des Républicains. Sur TF1 mardi soir, Xavier Bertrand a pourtant assuré qu’il ne sera « pas candidat une primaire » de la droite.

Il a également assuré n’être candidat qu’à « un mandat unique pour vraiment redresser le pays sans contraintes et sans calculs ». 

Les Républicains désigneront leur candidat en septembre, sans Xavier Bertrand