LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le plan stratégique 2025 prévoit un investissement de 1,6 à 1,9 milliard pour doper la «machine industrielle».

Six mois après avoir bouclé l’acquisition de la branche ferroviaire du canadien Bombardier, Alstom se fixe une feuille de route pour les cinq ans à venir, dans le cadre de son plan stratégique «Alstom in Motion 2025». Son ambition? Faire du groupe français, devenu un géant international de 71.500 salariés, installé dans plus de 70 pays, le leader mondial de la mobilité ferroviaire durable, ainsi que de la signalisation. Tout en bâtissant, en parallèle, «One Alstom», un groupe qui, d’ici trois ans, sera homogène et pleinement intégré, utilisant les mêmes process, ayant la même rigueur dans l’exécution des contrats ainsi que le même niveau de qualité.

Ce travail d’intégration intervient dans un environnement favorable. Le marché croît en moyenne de 3% par an et devrait accélérer, grâce aux investissements massifs décidés par les États dans les infrastructures et la digitalisation du rail. Dans le cadre de la transition énergétique, l’Union européenne consacrera 55 milliards d’euros au ferroviaire,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Alstom veut dominer l’industrie du rail vert