LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le groupe français avait cofinancé le gazoduc touché par des sanctions après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Engie va sans doute perdre 987 millions d’euros à cause du financement qu’il apporte au projet de gazoduc Nord Stream 2. «Engie, en tant que prêteur, est exposé à un risque de crédit pour un montant maximum de 987 millions d’euros qui pourrait se matérialiser notamment en cas de dépôt de bilan », a révélé mercredi soir l’énergéticien.

Or, les autorités suisses ont déclaré mardi que la société gérant le projet Nord Stream 2, basée dans le canton suisse de Zoug, avait déposé son bilan. Engie n’a pas été officiellement informé de cette situation par l’actionnaire à 100 % de Nord Stream 2, le russe Gazprom. Et pour cause : le gazoduc a été sanctionné par les autorités américaines, ce qui empêche Engie de maintenir des relations avec la société. Le groupe français est donc tenu d’évoquer seulement une situation théorique de dépôt de bilan dans sa communication officielle.

Engie est le premier groupe français à chiffrer les conséquences des sanctions prises par l’Europe et les États-Unis contre la Russie suite à son invasion de l’Ukraine. Le groupe ne possède aucune installation industrielle dans le pays et n’a pas d’autres projets en financement, mais il s’y approvisionne en gaz. « En 2021, la part des approvisionnements du groupe résultant de contrats de long terme avec Gazprom était de l’ordre de 20 % de ses ventes et consommations mondiales de gaz », précise Engie.

C’est largement moins que la moyenne européenne (40 %). Cette activité est autorisée à se poursuivre. Les autorités européennes acceptent que les opérateurs payent le gaz acheminé. En cas de modification de cette politique, Engie explique que « si des sanctions européennes ayant un impact sur la poursuite des approvisionnements russes devaient être prises, Engie s’y conformerait en tout point ». Le groupe ne précise toutefois pas s’il serait capable d’honorer tous ses engagements dans cette hypothèse.

Engie risque de perdre 987 millions d’euros