LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

« Tout enfant connaît des difficultés dans son développement psychique. La question qui se pose, le problème à résoudre, est de reconnaître les signes de souffrance qui peuvent se structurer, se fixer et conduire à des difficultés majeures dans l’avenir », explique le Dr François Bridier, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent.

Les signes sont potentiellement nombreux. Psychologue en région nantaise, Valérie P. cite « les troubles du sommeil, en particulier un endormissement soudainement compliqué, des réveils nocturnes… La survenue de colères disproportionnées doit aussi alerter, au même titre que l’apparition de tics ou de troubles obsessionnels compulsifs (TOC). »  

Elle fait notamment référence « au rituel d’endormissement qui s’allonge avec doudou qui doit être dans une position bien précise. Ou des phrases à répéter un certain nombre de fois, etc. »

Poser des questions ouvertes

Pour les parents, « l’enjeu est d’abord de le rassurer puis d’essayer de comprendre ce qui ne va pas ».

Avec les amis, à l’école, à la maison ? Comment s’y prendre ? La psychologue préconise « de poser des questions ouvertes plutôt que fermées ».

Autrement dit, des questions qui n’induisent pas une réponse.

Dans les faits, il est donc préférable de lui demander : « Est-ce qu’il se passe quelque chose à l’école ? », plutôt que : « Est-ce c’est l’école ou telle personne qui te fait peur ? ».

Et si les signes de cette anxiété ne passent pas, demandez conseil à votre médecin ou consultez un professionnel formé à la prise en charge psychologique de l’enfant : psychologue ou psychiatre.

Psychologie. Comment reconnaître la souffrance psychique chez un enfant ?