LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

La marque préférée de James Bond assure être sur «la bonne voie» pour atteindre ses objectifs 2024-2025.

Classée au 3 rang des constructeurs en Formule 1 en 2021, Ferrari s’en sort également plutôt bien en matière de performances financières l’an dernier, avec 833 millions d’euros de bénéfice net. Il a largement devancé Aston Martin, 7 en F1, qui a essuyé de nouvelles pertes nettes de 189,3 millions de livres (225 millions d’euros). Les deux constructeurs de voitures de luxe ont connu une forte accélération de leur activité avec la levée des restrictions sanitaires.

Aston Martin, qui a publié son bilan annuel mercredi, a atteint son objectif de ventes. Elles ont progressé de 82 % en volume, à 6172 voitures, pour un chiffre d’affaires de 1,1 milliard de livres. Et sa perte nette a été divisée par deux. Depuis son sauvetage, début 2020, par le milliardaire canadien Lawrence Stroll, devenu président exécutif, Aston Martin déroule une nouvelle stratégie de repositionnement sur le segment de l’«ultra luxe».

Son retour en Formule 1 en 2021 a «considérablement augmenté l’exposition, l’attractivité et la notoriété mondiale de notre marque», souligne Lawrence Stroll. Début février, il a présenté sa nouvelle monoplace, AMR 22, qui prendra le départ à Bahreïn le 20 mars prochain. La marque préférée de James Bond assure être sur «la bonne voie» pour atteindre ses objectifs 2024-2025: vendre 10.000 voitures, réaliser 2 milliards de livres de chiffre d’affaires et renouer avec les bénéfices. Parallèlement, Aston Martin, qui propose des options hybrides, lancera sa première voiture hybride rechargeable en 2024 et tout électrique en 2025.

Dans le luxe automobile, Ferrari fait la course en tête, devant Aston Martin