LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les principales informations à retenir

  • Emmanuel Macron, qui n’a pas encore déclaré sa candidature à la présidentielle, tiendra son premier meeting de campagne le samedi 5 mars à Marseille.
  • Le président LR du Sénat Gérard Larcher va proposer à la commission des Lois du Sénat « trois voies » de réforme du système des parrainages des candidats, au moment où certains peinent à recueillir les 500 signatures d’élus requises.
  • La primaire de LR a été entachée de « manœuvres frauduleuses » visant à gonfler le corps électoral, selon Libération, qui parle d’adhérents fictifs ou décédés, voire d’un chien dans les fichiers. Le parti va porter plainte contre le quotidien.
  • Valérie Pécresse a appelé à dire « stop » à Vladimir Poutine en lui infligeant « des sanctions vraiment puissantes ». De son côté, Anne Hidalgo a prévenu  : « Une nouvelle fois, le spectre de la guerre se fait jour aux portes de l’Europe. Cette remise en cause de de la sécurité de notre continent de doit pas rester sans réponse ».
  • Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) auditionne mercredi et jeudi les candidats sur « la question démocratique ».

21h19 : « Imposer un rapport de force pour empêcher Vladimir Poutine d’envahir » l’Ukraine, plaide Jadot

Yannick Jadot s’est dit  pas favorable à une guerre contre la Russie : « Ce qui se joue en Ukraine, c’est la paix de l’Europe et la défense de la démocratie. […] Il faut imposer un rapport de force pour empêcher Vladimir Poutine d’envahir un peuple souverain et afficher un rapport uni des Européens », a déclaré le candidat écologiste, invité de l’émission Mission convaincre sur LCI. 

21h06 : « Ces allégations sont là pour mener une tentative de déstabilisation », dénonce Pécresse

Invitée de l’émission Face à BFM, Valérie Pécresse a réagi aux révélations de Libération sur la primaire LR : « J’ai entendu parlé de cet article. Je voudrais m’indigner du niveau de cette campagne. On va parler d’une déstabilisation… Cette primaire a été exemplaire. Elle s’est déroulée sans aucune contestation. Ces allégations sont là pour mener une déstabilisation u de délégitimisation. »

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

20h32 : Lassalle explique comment il a obtenu ses 500 parrainages

Contrairement à d’autres candidats bien mieux positionnés que lui dans les sondages, le député Jean Lassalle (Résistons !) a obtenu ses 500 parrainages pour l’élection présidentielle. Il a livré sa recette à l’antenne de RMC : « Je n’ai pas passé ma vie sur les plateaux télé à raconter ma vie alors que ça exaspère les maires », a-t-il plaidé.

« Et quand on n’est pas foutu d’avoir 500 signatures sur un panel de 44 000 élus, c’est qu’on n’a pas grand-chose à faire dans cette élection », a-t-il estimé. Quant à savoir s’il avait essentiellement obtenu ces parrainages grâce aux territoires ruraux, Jean Lassalle a ironisé, jouant de son image terroir: « J’ai évolué, j’ai acheté un âne ».

Vers une campagne électorale (enfin) accessible à tous ?

La campagne présidentielle ? Un « luxe » inaccessible pour beaucoup de non-voyants, de sourds ou de personnes en situation de handicap intellectuel notamment. En 2022 pourtant, les candidats sont tenus à un effort supplémentaire afin de rendre leur message compréhensible par tous. Décryptage dans cet article.

19h40  : La plainte pour viol contre un conseiller de Zemmour classée sans suite

La plainte pour viols visant Olivier Ubéda a été classée sans suite, selon Europe 1. Une enquête préliminaire pour viols avait été ouverte par le parquet de Paris à la suite de la plainte déposée le 9 décembre contre le conseiller et directeur des événements du candidat d’extrême droite.

Le plaignant, un homme de 18 ans, qui a travaillé comme stagiaire auprès d’Olivier Ubéda, avait dit avoir subi des viols entre le printemps et l’automne 2021. Olivier Ubeda avait nié les accusations.

Parrainages des candidats : comment ça fonctionne ?

19h01 : LR porte plainte contre Libération

Dénonçant une « tentative de déstabilisation », Les Républicains ont affirmé dans un communiqué qu’il allaient déposer plainte contre le quotidien Libération, qui révèle que la primaire de LR a été entachée de « manœuvres frauduleuses ».

« Le Congrès des Républicains a été en tous points exemplaire, tant par son organisation que par sa mobilisation », a assuré le parti, en dénonçant « des approximations, des sous-entendus et des allégations infondées » visant « clairement à délégitimer la candidate ».

18h17 : Six sénateurs LR apportent leur parrainage à Zemmour

Six sénateurs Les Républicains (LR) ont annoncé dans un communiqué apporter leur parrainage à Éric Zemmour. « Ce parrainage ne vaut pas soutien. Il se veut concourir au bon fonctionnement d’une des plus anciennes démocraties d’Europe qui est aujourd’hui à la peine sous les yeux incrédules d’un grand nombre de Français », expliquent les signataires, Étienne Blanc (Rhône), Sylvie Goy-Chavent (Ain), Alain Houpert (Côte-d’Or), Sébastien Meurant (Val d’Oise), Laurence Muller-Bronn (Bas-Rhin) et Philippe Pemezec (Hauts-de-Seine).

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

Les candidats ont jusqu’au 4 mars pour déposer auprès du Conseil constitutionnel la liste de leurs 500 parrainages, mais Marine Le Pen (RN), Éric Zemmour (Reconquête!) et Jean-Luc Mélenchon (LFI) peinent encore à les rassembler.

17h59 : Hidalgo pointe « monarchie républicaine »

Anne Hidalgo était la troisième et dernière candidate à s’exprimer devant le Cese : « Je suis pour que le président ait beaucoup moins de pouvoir en matière de nomination », a-t-elle fait valoir en dénonçant « monarchie républicaine dans laquelle il y a un pouvoir vertical avec un homme seul qui décide de tout, tout le temps ». La candidate sociale veut « remettre de la proportionnelle » dans les élections et s’est à nouveau dite favorable au droit de vote à 16 ans.

17h54 : Ferrand redoute l’abstention et un second tour face à l’extrême droite 

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) a dit mercredi ses « craintes » d’une forte abstention lors de la présidentielle et des législatives, face à « une baisse de qualité » de l’offre politique à droite et à gauche selon lui.

« Le Parti socialiste (son ancien parti, ndlr) et la droite républicaine n’ont pas régénéré leur pensée », a-t-il estimé devant l’Association des journalistes parlementaires (AJP). Et « s’il y a une baisse de qualité ou d’intensité de l’offre politique alternative, un certain nombre de personnes peuvent être tentées par l’abstention ». 

17h21 : Roussel favorable à la suppression du 49-3 

Après Yannick Jadot, c’est Fabien Roussel qui a fait face aux membres du Cese. Le candidat communiste s’est notamment prononcé pour la suppression du 49-3, article permettant au gouvernement de faire passer le texte qu’il présente, sans vote, sous couvert du rejet de la motion de censure qu’un dixième de l’Assemblée se doit de déposer.

Il a par ailleurs exposer son souhait de « décaler l’élection législative, deux ans et demi après l’élection présidentielle ».

17h05 : Pécresse recule, Mélenchon progresse à gauche, selon un sondage

Valérie Pécresse poursuit son érosion dans les sondages, à 13,5% d’intentions de vote, à l’inverse de l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon qui progresse à gauche (12%), toutefois loin d’Emmanuel Macron (24%), selon un sondage Harris Interactive paru mercredi. Investie début décembre par son parti et créditée à ce moment-là de 17% dans cette enquête pour Challenges, la candidate LR ne cesse depuis de reculer. Elle a ainsi encore cédé un point sur une semaine, et se trouve en 4e position, nettement dépassée par le polémiste d’extrême droite Eric Zemmour (15,5%, +1 pt) et par Marine Le Pen (17%, -0,5 pt).

Emmanuel Macron caracole toujours en pole position, même s’il perd lui aussi un point sur une semaine.

A gauche, la dynamique semble se trouver du côté de Jean-Luc Mélenchon (+1,5 pt) qui atteint son niveau le plus élevé depuis septembre 2021. A l’inverse, l’écologiste Yannick Jadot (5%, -0,5), l’ancienne ministre Christiane Taubira (2,5%, -1), la socialiste Anne Hidalgo (2%, -0,5) s’affaissent. Le communiste Fabien Roussel (4%, +0,5) continue pour sa part à grappiller du terrain.

16h11  : Jadot veut donner au Cese « un droit de veto » sur « un certain nombre de sujets » 

Yannick Jadot a déclaré vouloir donner au Conseil économique, social et environnement (Cese) un « droit de veto » sur « un certain nombre de sujets » tels que l’état de droit ou encore l’environnement. « Il est impératif que le Cese puisse se saisir en amont des lois et puisse, sur un certain nombre de sujets, avoir, pas simplement un avis, mais un droit de veto quand ça concerne des enjeux » tels que l’« état de droit et l’environnement », a-t-il affirmé lors d’une audition devant les membres du Cese au palais d’Iéna à Paris.

Le candidat écologiste, s’il était élu président en avril, voudrait « un Cese plus pro-actif et plus interventionniste dans le processus d’élaboration de la loi », avec « plus de pouvoir », pour « remettre nos lois dans du long terme ».

15h15 : Les candidats devant le Cese

Après avoir participé au grand oral du Medef lundi, les candidats sont cet après-midi et jeudi devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese). Les candidats sont auditionnés sur « la question démocratique ». Depuis l’hémicycle du Palais d’Iéna, les candidats – ou leurs représentants – seront invités à s’exprimer sur des thèmes comme le « fonctionnement des institutions, la place du dialogue social, de la société civile », ou encore de « la participation citoyenne », indique le Cese.

Le candidat écologiste Yannick Jadot a ouvert le bal mercredi à 14h15, suivi du communiste Fabien Roussel à 15h45 et de la socialiste Anne Hidalgo à 17h15. Jeudi, suivront aux mêmes horaires, la patronne des députés LFI Mathilde Panot (représentant Jean-Luc Mélenchon), puis Xavier Bertrand (représentant la candidate LR Valérie Pécresse) et enfin Nicolas Bay (représentant le candidat d’extrême droite Eric Zemmour).

14h10 : Les associations d’élus refusent l’invitation de Jean Castex

Le Premier ministre a invité « l’ensemble des associations d’élus locaux pour évoquer la question des parrainages » jeudi matin, alors que moins d’un quart des élus ont accordé leur parrainage à un candidat à l’élection présidentielle. Mais les trois organisations conviées, Association des maires de France, l’Assemblée des départements de France et Régions de France ont refusé de rencontrer Jean Castex, selon LCI.

13h55 : Avec l’anonymat des parrains, Zemmour aurait «  3 000 ou 4 000 parrainages » affirme Peltier

Eric Zemmour est à la peine pour réunir les 500 signatures d’élus nécessaires pour se présenter à l’élection présidentielle. La faute, selon lui et ses équipes, à la publicité des noms des parrains. « S’il y avait anonymat garanti, on aurait 3 000 ou 4 000 parrains sans aucun problème », affirme sur France Inter Guillaume Peltier, porte-parole du candidat de Reconquête.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

Il demande à André Laignel, numéro deux de l’Association des maires de France (AMF) et membre du Parti socialiste, de parrainer le polémiste, pour faire écho au geste de David Lisnard. Le président LR de l’AMF a en effet parrainé Jean-Luc Mélenchon, lui aussi en difficulté dans cette course aux parrainages.

13h30 : Le congrès des Républicains aurait été entaché de manœuvres frauduleuses 

Selon Libération, qui a enquêté sur le fichier des encartés des Républicains, la primaire organisée début décembre ayant conduit à l’investiture de Valérie Pécresse « a été entachée de manœuvres frauduleuses visant à gonfler le corps électoral ». D’après le quotidien, le fichier contient des adhérents fictifs, décédés, ayant suivi des consignes, « et même un chien ». Le parti comptait moins de 80 000 adhérents fin septembre contre plus de 140 000 le jour du scrutin, rappelle Libération. Notre article à lire ici.

13h10 : Kazib veut les « troupes russes hors d’Ukraine » mais dit « non aux sanctions »

« La crise actuelle entre Poutine et l’OTAN ne promet que des catastrophes pour la classe ouvrière et les masses », déplore le candidat de Révolution permanente sur Twitter. Anasse Kazib dit « halte à la militarisation de l’Europe de l’Est par l’OTAN et les impérialistes », qu’il tient pour « grands responsables de l’escalade » en raison de leur « politique cynique et hypocrite ». « La Russie va déployer des soldats dans le Donbass et les impérialistes ont annoncé des sanctions. Nous nous opposons aux deux », ajoute le cheminot.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

12h42 : « Il faut dire à Vladimir Poutine : maintenant, c’est stop », estime Pécresse

Devant les caméras après avoir rencontre l’ambassadeur ukrainien à Paris, Valérie Pécresse charge Vladimir Poutine. « Dialoguer avec Poutine est une chose, malheureusement, il a instrumentalisé l’Union européenne, son dialogue avec le président Macron et n’a poursuivi qu’un seul but, le sien, de violer les accords de Minsk, cingle la candidate des Républicains. On doit condamner absolument fermement et mettre en place de sanctions vraiment puissantes et dire à Vladimir Poutine : maintenant, c’est stop. »

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

11h55 : Sept contributeurs militant pour Zemmour bannis de Wikipedia

La semaine passée, le journalise Vincent Bresson révélait que l’équipe numérique d’Eric Zemmour était particulièrement active sur Wikipédia pour modifier la page du polémiste à son avantage. Des administrateurs de l’encyclopédie annoncent ce mercredi le « bannissement » de sept contributeurs de l’équipe baptisée « Wikizedia », accusés de militer pour le candidat de Reconquête.

10h45 : Hidalgo s’adresse aux Français au sujet de la crise ukrainienne

« Une nouvelle fois, le spectre de la guerre se fait jour aux portes de l’Europe », écrit la maire de Paris sur Twitter pour introduire sa conférence de presse, deux jours après la décision de Vladimir Poutine de reconnaître l’indépendance des républiques de Donetsk et de Lougansk en Ukraine. « Cette remise en cause de de la sécurité de notre continent de doit pas rester sans réponse », plaide la candidate du Parti socialiste.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

10h30 : Macron tiendra un premier meeting le 5 mars à Marseille

Le chef de l’Etat, qui n’a pas encore déclaré sa candidature à la présidentielle, tiendra son premier meeting de campagne le samedi 5 mars à Marseille, au Parc Chanot, indiquent ce mercredi trois sources de La République en Marche à l’AFP. Emmanuel Macron devrait déclarer sa candidature dans le courant de la semaine prochaine, à une date encore inconnue.

9h10 : Bruno Le Maire est « convaincu que la situation se débloquera » pour Mélenchon, Le Pen et Zemmour

« Ces trois candidats auront leurs parrainages, il ne peut pas en aller autrement, assure le ministre de l’Economie au micro de BFM TV/RMC. Des candidats dont on peut penser ce qu’on veut de leur programme, mais dans lesquels des millions de Français se reconnaissent. » Bruno Le Maire salue par ailleurs l’initiative de François Bayrou d’ouvrir une « réserve de parrainages », qui réunissait 180 élus mardi.

La majorité réagit face à la montée des tensions autour des parrainages

Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Eric Zemmour, qui récoltent à eux trois plus de 40% d’intentions de vote dans les sondages, n’ont toujours pas obtenu leurs 500 parrainages à dix jours de l’échéance. Face à une situation dénoncée comme un déni de démocratie, le Premier ministre Jean Castex a appelé les élus à apporter leurs parrainages. Lire notre article.

9h06 : Olivier Faure étrille la « diplomatie people » de Macron dans la crise ukrainienne

Le premier secrétaire du Parti socialiste juge sévèrement la gestion de la crise ukrainienne par Emmanuel Macron. « ll y a eu une diplomatie people, qui a servi de leurre à Vladimir Poutine, tance Olivier Faure sur le plateau de LCI. Quand on cherche la désescalade, on ne cherche pas à la rendre publique minute après minute. » Pour le député de Seine-et-Marne, le président de la République « a fait trop parler de lui et il se rend compte qu’il est dans une situation difficile ».

9h : Pour Bruno Retailleau, Macron tente « d’enjamber la campagne présidentielle »

Le chef de file des Républicains au Sénat peste contre le silence d’Emmanuel Macron au sujet de sa candidature. « Jupiter refuse de descendre de l’Olympe et veut essayer d’enjamber la campagne présidentielle, fustige Bruno Retailleau sur la plateau de Franceinfo. Il refuse le jeu démocratique pour se soustraire à son bilan, l’un des pires de la Ve République. »

8h52 : François Hollande sera présent lors d’un prochain meeting de Hidalgo, affirme Patrick Kanner

Comme Nicolas Sarkozy avec Valérie Pécresse, François Hollande tarde à afficher publiquement son soutien à la candidate de son parti, Anne Hidalgo. Sur BFM TV mardi, le socialiste n’a pas dit qu’il voterait pour la maire de Paris. « Je vous confirme que François Hollande sera présent lors d’un prochain meeting de Madame Hidalgo », balaye Patrick Kanner, sans préciser lequel.

8h43 : L’Occident « s’est cru beaucoup trop fort » face à la Russie estime Bruno Retailleau

Le chef des Républicains au Sénat livre son analyse sur la gestion de la crise ukrainienne par le camp occidental. « Il va falloir tirer les leçons du passé : on s’est crus beaucoup trop fort, regrette-t-il sur le plateau de Franceinfo. « Les Américains, notamment, en encerclant la Russie avec l’Otan, ont déclenché en Russie un réflexe d’autodéfense », assure-t-il.

8h37 : Pour Jordan Bardella, « la France doit redevenir une puissance d’équilibre »

« Quand Nicolas Sarkozy prend la décision de nous faire réintégrer le commandement militaire intégré de l’Otan, il ne prend pas une décision patriote puisqu’il place la France sous le joug des Etats-Unis, cingle le président par intérim du Rassemblement national au micro d’Europe 1. La France doit redevenir une puissance d’équilibre, indépendante à la fois vis-à-vis de Bruxelles, de Berlin et de Washington. »

8h33 : « Le président de la République doit arrêter de se cacher », réitère Jordan Bardella

Le président par intérim du Rassemblement national somme une nouvelle fois Emmanuel Macron d’officialiser sa candidature. « Tout le monde a compris qu’il était candidat à sa réélection, et je déplore qu’il soit porté disparu, tacle Jordan Bardella sur Europe 1. Il doit sortir de sa cachette. » L’exécutif justifie le silence du chef de l’Etat par sa mobilisation dans la gestion de la crise ukrainienne.

8h25 : Jordan Bardella estime que les sanctions contre la Russie sont « contre-productives »

« Ce sont les entreprises exportatrices françaises qui vont payer l’addition », déplore le président par intérim du Rassemblement national au micro d’Europe 1. Selon lui, « les sanctions qui sont appliquées contre la Russie depuis plusieurs années maintenant ont entraîné une baisse de nos exportations agricoles de près de 14% au niveau européen vers la Russie ».

Jordan Bardella affirme que « ce sont les Français qui vont payer la facture, puisque des sanctions économiques contre la Russie induiraient des rétorsions sur les exportations de gaz. 40% du gaz de l’Union européenne provient de la Russie. Ces rétorsions viendraient s’appliquer directement sur la facture de gaz des Français ».

8h15 : Thouy dézingue les chasseurs, qui considèrent que « l’espace public leur appartient »

Sur le plateau de Franceinfo, Hélène Thouy charge les chasseurs, alors qu’un nouvel accident de chasse a causé la mort d’une randonneuse de 25 ans samedi passé dans le Cantal. « Quand on a une position pour interdire la chasse, on a une opposition des chasseurs, qui considèrent que l’espace public leur appartient », estime la candidate du Parti animaliste. « Ce sont 2% de chasseurs qui font subir leur loi aux 98% autres », peste-t-elle.

8h10 : Gérard Larcher distingue « trois voies » pour réformer la procédure de parrainages

Le président du Sénat (Les Républicains) considère que l’absence de Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ou Eric Zemmour à l’élection présidentielle – faute d’avoir réuni les 500 parrainages d’élus nécessaires – serait un « déni démocratique ». « Il faut que les maires utilisent ce droit », plaide Gérard Larcher au micro de France 2, qui esquisse une réforme de la procédure en « trois voies possibles  : le retour à l’anonymat, le parrainage obligatoire ou un mix entre un collectif citoyen et une part moins importante d’élus. »

7h50 : « Nous n’avons pas les parrainages », indique Sébastien Chenu (RN)

« La situation de Marine Le Pen va peut-être aboutir à un scandale démocratique, estime le porte-parole de la candidate sur le plateau de CNews. Nous avons des candidats qui rassemblent des millions d’électeurs et qui, pour des raisons administratives, techniques, pourraient être privés d’une élection présidentielle parce que nous n’avons pas les parrainages. Nous n’avons pas les parrainages, nous sommes assez éloignés de la case d’arrivée. »

7h30 : Pécresse talonnée par Mélenchon dans un nouveau sondage

Une enquête de l’institut Elabe pour BFM TV et L’Express parue ce mercredi prédit à nouveau un second tour entre Emmanuel Macron (24,5% au premier tour) et Marine Le Pen (18%). Eric Zemmour est distancé (13,5%), mais reste devant Valérie Pécresse, qui chute à 11,5%. La candidate des Républicains est désormais talonnée par Jean-Luc Mélenchon, premier candidat de gauche, avec 11% des intentions de vote.

7h10 : Plus qu’une semaine pour s’inscrire sur les listes électorales

 Les Français ont jusqu’au mercredi 2 mars pour s’inscrire en ligne sur les listes électorales. En mairie, l’échéance est fixée au vendredi 4 mars. On vous explique la démarche à suivre ici.

7h05 : Face à nos électeurs, Fabien Roussel a répondu aux accusations de Médiapart

Le candidat communiste à la présidentielle était l’invité ce mardi du nouveau rendez-vous politique du groupe EBRA. Il a répondu aux questions de nos grands témoins sur les thématiques de la campagne. Il s’est également exprimé sur les révélations de Médiapart, selon lesquelles il aurait occupé un poste fictif d’attaché parlementaire.

« C’est dur d’entendre que j’ai pu bénéficier d’un emploi fictif quand je sais le travail énorme que j’ai pu fournir comme assistant parlementaire de Jean-Jacques Candelier, comme de Michelle Demessine. Etre attaché parlementaire c’est être à disposition d’un député, d’une sénatrice. C’est dur : c’est travailler tôt le matin, tard le soir en fonction des besoins de l’actualité et donc on s’engage sans compter. (…) Je n’ai vraiment rien à cacher sur cette période ».

Les invités des matinales

Jean Lassalle, candidat à la présidentielle, est l’invité de RFI à 7h19.

Ronan Le Gleut, secrétaire général adjoint du groupe Les Républicains, est l’invité de Public Sénat à 7h30.

Jordan Bardella, président du Rassemblement national, est invité sur Europe 1 à 8h13.

Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste, est l’invité de LCI à 8h30.

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, est l’invité de RMC/BFMTV à 8h30.

7h01 : Sept candidats ont atteint les 500 parrainages

Le Conseil constitutionnel a publié mardi soir une nouvelle liste des parrainages accordés aux candidats à l’élection présidentielle. Yannick Jadot rejoint la liste des candidats ayant franchi le cap des 500 signatures nécessaires, avec 565 parrainages. Sept candidats ont désormais atteint le nombre de parrainages nécessaires : Valérie Pécresse, Emmanuel Macron, Anne Hidalgo, Fabien Roussel, Yannick Jadot, Jean Lassalle et Nathalie Arthaud.

Jean-Luc Mélenchon (442) et Nicolas Dupont-Aignan (422) sont proches du but. Marine Le Pen et Eric Zemmour sont toujours en difficultés. Avec respectivement 393 et 350 parrainages, les deux candidats ont lancé un appel aux élus pour recueillir leurs signatures. Plus d’informations dans notre article.

Ce qu’il faut retenir de la journée de mardi

  • Yannick Jadot a atteint ses 500 parrainages. Jean-Luc Mélenchon (442), Nicolas Dupont-Aignan (422), Marine Le Pen (393) et Eric Zemmour (350) sont encore dans l’attente.
  • Fabien Roussel indique a répondu aux questions de nos lecteurs. Il a indiqué n’avoir « rien à cacher » sur ses postes d’assistant parlementaire.
  • Plusieurs candidats à l’élection présidentielle ont décliné leur programme devant la jeunesse dans le cadre de l’émission Des candidats et des jeunes, sur France Inter.
  • Les candidats se sont exprimés sur la crise en Ukraine.
  • 180 maires sont prêts à apporter leurs signatures à des candidats à la présidentielle en difficulté, dans le cadre de la « réserve de parrainages » mise en place par François Bayrou.

7 heures : Bienvenue dans ce direct consacré à l’actualité politique et à la campagne en vue de l’élection présidentielle de 2022.

Pécresse dénonce « une tentative de déstabilisation » après les révélations sur la primaire LR