LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DÉCRYPTAGE – Alors que le gouvernement songe à relever l’âge de départ à 64 ans pour réduire le déficit, il va devoir convaincre les récalcitrants. C’est loin d’être gagné!

Le gouvernement aura-t-il le courage politique d’aller au bout des réformes nécessaires pour relancer la France après le tsunami du Covid? Après avoir renoncé à sa réforme systémique des retraites, complexe et incomprise des Français, l’exécutif réfléchit à une augmentation de l’âge de départ en retraite de 62 à 64 ans avant la présidentielle. Une manière de rassurer son électorat de droite, inquiet de l’aggravation des déficits et de l’envolée de la dette.

Le dossier pourrait revenir sur la table dès la semaine prochaine alors qu’un sommet social réunissant Emmanuel Macron et les partenaires sociaux est annoncé, sans toutefois être confirmé. «Il y aura des choix à faire», a prévenu Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, mercredi à l’issue du Conseil des Ministres, soulignant le «sous-financement de notre système de retraite» et les «inégalités qui existent du fait de régimes spéciaux». Mais la tâche s’annonce rude. D’une part, le gouvernement se heurte à l’hostilité des syndicats,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 64% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

les Français ne veulent pas travailler au-delà de… 58 ans!