LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les marchés européens ne prenaient guère de risques vendredi matin, globalement attentistes avant la publication dans la journée du très attendu rapport américain sur l’emploi et d’une décision de l’Opep+. Vers 11H00, Paris (-0,02%) faisait du surplace, tandis que Londres avançait de 0,12%, Francfort de 0,14% et Milan lâchait 0,13%.

De son côté, Wall Street a fini en hausse jeudi grâce à des signes d’accélération de la reprise américaine: le Dow Jones a pris 0,38%, le S&P 500 0,52%, signant un nouveau plus haut historique, et le Nasdaq 0,13%. Parmi les bonnes nouvelles, le Fonds monétaire international (FMI) estime que la croissance aux Etats-Unis va atteindre en 2021 son rythme le plus rapide en 25 ans et s’établir à environ 7%.

Les marchés dans l’attente d’une publication positive

En Asie, la Bourse de Tokyo a mis fin à quatre séances de baisse d’affilée vendredi en grappillant 0,27% malgré les inquiétudes concernant une nouvelle flambée du Covid-19 au Japon. Celle de Shanghai a cédé 2% et celle de Hong Kong 1,8%. «Les marchés sont dans l’attente du rapport sur l’emploi de juin aux Etats-Unis et de l’évolution des salaires dans un contexte de tensions inflationnistes», relève Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Selon lui, «l’enjeu n’est pas tant une amélioration quantitative du marché, mais plutôt qualitative», alors que la Réserve fédérale (Fed), la banque centrale américaine, a fixé pour priorité le retour à l’emploi des salariés les moins bien rémunérés, avant l’inflation. Les analystes tablent sur une légère baisse du taux de chômage à 5,7% contre 5,8% en mai, après que le président de la Fed a récemment reconnu que le marché de l’emploi prenait plus de temps que prévu pour se remettre de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19.

Sommet attendu de l’Opep+

«Le marché a clairement besoin d’une publication positive pour maintenir son humeur optimiste, étant donné qu’une mauvaise surprise dans les chiffres de l’emploi ne pousserait pas la Fed à faire davantage» dans son soutien à l’économie, relève Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank. «Aujourd’hui, les données officielles sur l’emploi aux États-Unis vont sûrement encore provoquer quelques remous», prédit pour sa part Andreas Lipkow, analyste indépendant.

Autre sujet d’attention pour les investisseurs ce vendredi: le sommet de l’Opep+, alors que les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés n’ont pas trouvé jeudi de consensus concernant les quotas de production à partir du mois d’août. Ces derniers sont attendus en légère hausse afin d’éviter une surchauffe des prix. «La très attendue décision de l’Opep+ a été reportée à (vendredi), ce qui fait qu’elle est encore plus attendue», résume l’analyste de Swissquote Bank.

Les Bourses européennes prudentes avant l’emploi américain