LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le brigadier Alexandre Martin, 24 ans, est le 53e militaire français tué au combat au Sahel depuis 2013. Le jeune homme a perdu la vie samedi, au Mali, dans une attaque au mortier du camp militaire de l’opération Barkhane à laquelle il participait, à Gao, a annoncé l’Elysée ce dimanche. Ce camp a été la cible peu avant 17 heures, heure de Paris, de « plusieurs tirs indirects » d’obus de mortiers, partis d’une position située à une distance de « cinq à six kilomètres au nord-est », a indiqué le porte-parole de l’état-major, le colonel Pascal Ianni, à l’AFP. Les assaillants, non identifiés, mais circulant dans une zone fréquentée par des djihadistes, ont été neutralisés. 

Au total, neuf autres soldats français ont été « légèrement blessés » dans l’attaque mais « leur état n’inspire aucune inquiétude », a précisé l’état-major des Armées dans un communiqué. Le brigadier Martin, grièvement blessé, a « été pris en charge immédiatement par l’antenne chirurgicale sur place mais a succombé à ses blessures », a-t-il ajouté. 

Un communiqué de l’Elysée fait part de la « très vive émotion » du président Emmanuel Macron à l’annonce de la mort du militaire du 54ème régiment d’artillerie (RA) de Hyères, et « confirme la détermination de la France à poursuivre la lutte contre le terrorisme dans la région, aux côtés de ses partenaires ». 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Militaire depuis 2015, sa troisième mission hors de métropole

Le militaire a accompli l’intégralité de sa carrière au 54e RA, qu’il a rejoint le 1er septembre 2015, à l’âge de 18 ans, selon l’Armée de Terre. « Il se distingue lors de sa formation initiale par son excellent état d’esprit et fait preuve d’un très bon potentiel. » Il est d’abord déployé à plusieurs reprises dans le cadre de l’opération Sentinelle. 

Au Mali, Alexandre Martin, réalisait « sa 3e mission hors de métropole », a précisé le porte-parole de l’Etat-major des armées, Pascal Ianni, sur Franceinfo ce dimanche. Il avait notamment été envoyé pour de courtes missions en Guyane, ainsi qu’à Djibouti. Alexandre Martin, fiancé mais sans enfant, était engagé dans l’opération Barkhane depuis le 19 octobre 2021. Sur BFM TV, le colonel Pierre Bernard, chef du corps du 54e régiment d’artillerie où exerçait Alexandre Martin, a salué un « soldat agile et très déterminé ».  

Sa mort survient alors que mardi, quatre soldats français avaient été blessés au Burkina Faso lors de l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) au passage de leur véhicule. Il y avait eu en 2021 trois morts au combat et un mort par accident parmi les militaires français déployés au Mali. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

La force antijihadiste Barkhane, présente depuis 2014 au Mali et dont la mission est étendue au Sahel, est au coeur d’enjeux politiques bilatéraux majeurs, avec en toile de fond les accusations de recours par le Mali aux services du groupe de mercenaires russe Wagner, ainsi que la réorganisation de la présence militaire française dans le pays. Face à la crise ouverte avec la junte malienne, la France doit « trouver la voie » pour poursuivre l’objectif de la lutte antidjihadiste en Afrique de l’Ouest, avait déclaré jeudi la ministre française des Armées, Florence Parly. 

Opinions

Chronique

Par le Pr Gilles Pialoux*

Journal d’un libéral

Par Alain Madelin

Chronique

Pierre Assouline

Chronique

Abnousse Shalmani

« Excellent état d’esprit » : le brigadier Alexandre Martin tué samedi au Mali