LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

En Europe, de nombreuses disparités existent sur l’âge légal de départ à la retraite. La moyenne monte tout de même à 65 ans.

La réforme des retraites devrait faire son grand retour dans les mois à venir. Sur LCI, ce jeudi matin, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a répété la détermination du gouvernement dans ce dossier. La réforme «aura lieu», a-t-il asséné, et les transformations «vont se poursuivre et s’amplifier d’ici la fin du quinquennat». Le report de l’âge légal de 62 à 64 ans est notamment sur la table.

D’après les derniers résultats de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), qui verse les retraites de base des salariés et indépendants, l’âge moyen de départ en retraite augmente légèrement en France : il était de 62,8 ans en 2020, contre 62,7 ans un an plus tôt.

En Europe, de nombreuses disparités existent sur l’âge légal de départ à la retraite. Derrière une moyenne de 65 ans se cachent diverses situations.

La France figure avec la Norvège, la Suède et la Grèce parmi les rares pays qui appliquent un âge légal de la retraite inférieur à 63 ans. Mais pour les Suédois et les Norvégiens, un système de retraite dite «flexible» a été mis en place pour encourager les départs plus tardifs. Il permet en effet de prendre sa retraite dès l’âge de 62 ans en Norvège et 61 ans en Suède, à condition de remplir la condition de durée d’activité, même si le montant de la pension est moins important qu’en cas de départ plus tardif. Les Suédois ne peuvent toucher le niveau minimum garanti et certaines aides au logement qu’à partir de 65 ans.

À VOIR AUSSI – Retraite: Agnès Verdier-Molinié dénonce «un décalage de débat» en France alors que «la moyenne d’âge de départ en Europe est à 65 ans»

Une tendance à la hausse

À l’extrême opposé, l’Islande et l’Italie sont ceux qui prennent leur retraite le plus tard avec un âge légal fixé à 67 ans. Mais dans de nombreux pays européens, tels que la Belgique ou l’Espagne, des réformes sont en cours pour reculer l’âge légal de départ à la retraite. Au Danemark, l’âge permettant de percevoir une pension est augmenté de manière progressive pour atteindre 68 ans en 2030. Aux Pays-Bas, à partir de 2025, l’âge légal de la retraite sera augmenté de 8 mois pour chaque année d’allongement de l’espérance de vie.

Mais derrière ces écarts d’âge se cachent des systèmes de calcul de droits différents et des durées de cotisations différentes. L’Allemagne arrive notamment en tête demandant 45 années de cotisation alors que seulement 40 ans sont nécessaires en Grèce et au Portugal. En France, cette durée varie entre 41 ans et 3 mois et 43 ans, en fonction de l’année de naissance.

Trois systèmes de calcul différents

Trois systèmes de calcul des droits sont en vigueur en Europe. Le régime en annuités est utilisé, pour le moment, par la France et une majorité de pays européens. Le calcul de la pension se base alors sur trois facteurs : le salaire de référence, la durée de cotisation et le taux d’annuité.

Le régime en «comptes notionnels» permet quant à lui d’accumuler un capital “virtuel” qui correspond à la somme des cotisations versées. Lors du départ à la retraite des actifs, ce capital leur est reversé suivant un coefficient de conversion qui prend en compte leur espérance de vie au moment de leur départ et le taux de revalorisation. L’Italie, le Danemark et la Suède ont opté pour ce mode de calcul.

Le système de retraite à points, choisi en Allemagne, s’appuie sur les cotisations versées au fil de la carrière, converties en points. L’instauration du « régime universel » à travers la retraite à points était d’ailleurs une promesse électorale de l’actuel président français, Emmanuel Macron. Mais la crise des gilets jaunes et l’épidémie de coronavirus en ont, pour l’instant, décidé autrement.

comment se situe la France par rapport aux autres pays d’Europe?