LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

La Française des jeux est assignée en justice pour perte de chance et inégalité de traitement entre les participants.

Avons-nous affaire à un mauvais perdant ou les dés sont-ils effectivement pipés ? Un joueur régulier de l’Euromillions attaque en justice la Française des jeux (FDJ), remettant en cause l’intégrité de leurs tirages, révèle Capital. Le plaignant aurait remarqué une irrégularité dans l’attribution de ses codes My Million et réclame 4,6 millions d’euros de dédommagements pour perte de chance et inégalité de traitement.

L’habitué de la loterie a tenté sa chance à 46 reprises pour confirmer ses observations. Il soutient que l’affectation des codes My Million n’est pas systématiquement aléatoire. Le code en question est affecté à chaque joueur et composé d’une série alphanumérique de 2 lettres comprises entre AA et ZZ, suivie de 7 numéros. Or, selon le plaignant, deux types de codes My Million peuvent être distingués. Un premier compris entre AA et VV qu’auraient systématiquement les joueurs qui remplissent une grille individuelle et un deuxième compris entre VV et ZZ qui serait réservé, lui, aux gros joueurs qui valident des combinaisons.

Les gros joueurs, discriminés ?

«Selon qu’on est petit ou gros joueur, on ne tombe pas dans le même sac» résume Matthieu Escande, l’avocat du joueur et spécialiste dans le droit des jeux et paris. Cette distinction serait indolore si, entre les deux «sacs», celui des petits joueurs n’était pas systématiquement privilégié comme le soutien le plaignant. Une irrégularité que la FDJ aurait cherchée à camoufler ? «Bizarrement il y a eu un gagnant [avec un code compris entre VV et ZZ] quand on a déposé le recours» s’interroge Maître Escande, avant d’ajouter, «mon client est devenu fou quand il a vu ça».

La FDJ, de son côté, nie toute discrimination. Contactée par Le Figaro, elle assure que : «la mécanique d’attribution des codes My Million respecte l’égalité des chances entre les joueurs et que, d’autre part, le tirage au sort des codes My Million est fait de manière aléatoire entre l’ensemble des codes ayant été attribués». Pour preuve, «en 2020, il y a eu 3 gagnants My Million avec un code compris entre VV-ZZ», met en avant le groupe. Quant à la présentation des codes ceux-ci répondent «à des nécessités techniques d’affichage et d’impression sur les reçus de jeu» explique FDJ. En clair, les combinaisons de plus de dix numéros gaspilleraient trop de papier à l’impression ce qui justifierait deux codes différents. Mais pour Matthieu Escande, «l’argument ne tient pas, quand on joue en ligne la présentation des codes est la-même».

«Dizaine de milliers d’euros» de frais de justice

Son client semble très déterminé et peut compter sur le soutien de «plusieurs personnes de son entourage [qui] ont remarqué cette distinction dans les codes» glisse l’avocat. Malgré une condamnation en instance et en appel, le joueur malchanceux «réfléchit à continuer». Une décision qu’il faudra peser: les frais de justice déboursés par le joueur représentent déjà «une dizaine de milliers d’euros».

À VOIR AUSSI – FDJ privatisée: «Un immense succès populaire» (Vidéo de 2019)

après avoir perdu 46 fois, un joueur attaque la FDJ en justice