LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Des militants écologistes ont condamné la montée des « vols pour nulle part » destinés aux passagers « manquant de l’excitation du voyage ».

Les billets pour un voyage aller-retour de sept heures au départ de Sydney avec Qantas ont été épuisé en 10 minutes, ce qui en fait l’un des vols les plus vendus de la compagnie aérienne. Les prix des sièges sur le vol du 10 octobre vont de 787 $ australiens (476 €) en classe économique à 3 787 A$ (2291 €) en classe affaires.

Les avions 787 Dreamliner habituellement utilisés pour les vols internationaux long-courriers, voleront à basse altiture (1220 mètres) au-dessus du Queensland, du Territoire du Nord et de la Nouvelle-Galles du Sud, donnant aux passagers la chance de voir les plus célèbres sites d’intérêt d’Australie, notamment Uluru, la Grande Barrière de Corail et le port de Sydney.

Un vol sans frontière

Une publicité pour le voyage promet qu’il « ravivera la joie de voler », ajoutant que « dans le ciel, il n’y a pas de restrictions aux frontières ».

Qantas n’est pas la première compagnie aérienne à introduire des vols récréatifs dans le but de compenser les pertes financières infligées par la pandémie de coronavirus. Le mois dernier, la compagnie aérienne taïwanaise EVA a lancé un vol sur le thème de Hello Kitty qui a décollé de l’aéroport de Taipei et y a atterri trois heures plus tard. La compagnie aérienne japonaise ANA prévoit d’organiser deux vols de 90 minutes en octobre après le succès d’un vol touristique en août. Et Singapore Airlines prévoit de lancer des vols sans destination d’ici la fin octobre.

Des vols qui attirent la fronde des militants écologistes

Les militants pour le climat n’ont pas tardé à dénoncer la tendance et à rejeter la promesse de Qantas selon laquelle son vol serait neutre en carbone. « Nous devons comprendre le fait que voler ne peut pas être sans émissions de sitôt », a déclaré Mark Carter du groupe de campagne Flight Free Australia. Il a déclaré que les passagers à bord du vol Qantas augmenteront leurs émissions annuelles de 10% en seulement sept heures « alors qu’ils observeront la barrière de corail qu’ils aident à détruire ».

« Notre maison est en feu. Au moment où toutes les industries doivent réduire de toute urgence et massivement leurs émissions, les allégations de « durabilité » de Qantas pour compenser les émissions des vols sont une arnaque qui permet à leurs émissions de continuer en achetant des crédits carbones à d’autres industries. C’est comme accepter de verser un seau d’essence sur la maison en feu pour chaque seau d’eau que tu jettes. »

Anna Hughes, directrice de la campagne Flight Free UK, a déclaré : « Je comprends pourquoi ils le font – mais c’est vraiment de la folie – un vol vers nulle part c’est des émissions « pour le plaisir ». Si la société que nous avons bâtie, est une société où nous sommes aussi accros à l’aviation, alors nous avons un grave problème. »

- A word from our sposor -

spot_img

Les militants pour le climat condamnent les « vols pour nulle part » faits pour les voyageurs à qui il manque de prendre l’avion