LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Selon un sondage publié par la Banque européenne d’investissement (BEI), une majorité de citoyens européens a l’intention de moins voler et de manger déjà moins de viande pour lutter contre le changement climatique

Sur 27 700 personnes interrogées dans les 27 pays de l’UE, 74% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles avaient l’intention de voler moins fréquemment pour des raisons environnementales, une fois les restrictions relatives au COVID-19 levées.

Cela comprenait 43% des répondants qui ont dit qu’ils feraient cela « tout le temps » et 31% qui ont dit qu’ils le feraient « de temps en temps ».

Le secteur de l’aviation en Europe fait l’objet d’un examen attentif de la part des clients et des régulateurs sur son empreinte carbone, alors que les compagnies aériennes luttent contre une baisse de la demande due à la pandémie.

Lorsqu’on leur a demandé s’ils prévoyaient de choisir le train plutôt que l’avion pour les trajets courts, 71% des personnes interrogées dans l’enquête de la BEI ont répondu que oui. Dans le sondage, mené en octobre-novembre 2020, 66% des Européens ont déclaré manger déjà moins de viande pour lutter contre le changement climatique et 13% supplémentaires ont déclaré qu’ils prévoyaient de le faire bientôt.

Les restrictions liées au COVID-19 ont engendré une chute des émissions mondiales de CO2 en 2020 par rapport aux dernières années, mais 2020 se classait toujours parmi les années les plus chaudes jamais enregistrées – soulignant la nécessité d’une action plus rapide pour réduire les émissions afin d’éviter un réchauffement futur catastrophique.

Un enjeu clé pour l’UE

L’UE élabore un ensemble majeur de nouvelles politiques pour réduire la pollution, y compris des mesures telles que la rénovation des bâtiments pour utiliser moins d’énergie, obligeant les constructeurs automobiles à respecter des normes d’émissions plus strictes et en imposant des coûts carbone plus élevés aux usines.

Bruxelles vise également à aider les consommateurs à faire des choix durables. L’UE espère ainsi disposer de 3 millions de points de recharge publics pour voitures électriques d’ici 2030.

L’interdiction des pailles et couverts en plastique à usage unique entre en vigueur cette année.

« Les citoyens ressentent les effets du changement climatique et souhaitent que la crise climatique soit abordée par une action sans précédent », a déclaré le vice-président de la BEI, Ambroise Fayolle.

La BEI, la branche de prêt de l’UE, pourrait aider les citoyens à adopter des habitudes respectueuses de l’environnement en finançant des énergies propres et des transports à faible émission de carbone, a déclaré M. Fayolle.

 

La plupart des Européens prêts à limiter les vols et à manger moins de viande pour le climat