son ex-compagnon entendu par la justice helvète

Il est le suspect numéro 1. L’ancien compagnon de la femme tuée par balle dans son haras près du village d’Aurignac (Haute-Garonne), a été placé en rétention en Suisse, dans la région de Zurich.

Ce quinquagénaire avait été entendu en début de semaine par les autorités suisses dans le cadre d’un autre dossier et avait alors révélé l’assassinat de son ex-compagne, une femme d’une cinquantaine d’année propriétaire du domaine de Lagnet à Terrebasse, au sud de Toulouse.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

Des propos incohérents

Selon une source proche du dossier, cet homme qui « n’était pas marié avec la victime » et « revenait régulièrement » sur le domaine, aurait affirmé à la police suisse que sa compagne « a été assassinée » évoquant un « probable crime crapuleux ».

Lors d’une seconde audition, il aurait changé de version. Dans le même temps, la gendarmerie française relevait sur le domaine « plusieurs indices graves et concordants » contre lui.

Aucun mobile avancé pour le moment

Jeudi, les gendarmes de Haute-Garonne avaient été avertis en même temps par la famille de la victime, inquiète de ne pas avoir de nouvelles, et par la Direction de la coopération internationale (DCI) de Nanterre, qui venait de recevoir des informations de la police helvète, de cette disparition inquiétante. Les militaires se sont alors rendus au domaine qui était fermé puis ont retrouvé le corps de cette femme tuée par balle. Aucun mobile n’a été avancé pour le moment.

Si la piste du féminicide se confirmait, l’ex-compagnon qui est ressortissant suisse « n’est pas extradable », a-t-on précisé. La justice française pourrait alors se dessaisir afin qu’il fasse l’objet de poursuites en Suisse.