L’humanité vieillit : cela va-t-il favoriser la paix dans le monde ?

Écouter cet article sur l’application

Écouter cet article sur l’application

C’est un point sur lequel les démographes sont unanimes : l’humanité grisonne. D’ici à 2050, l’âge médian, qui divise la population en deux parties égales, va passer de 31 à 36 ans. Dans le même temps, la part des plus de 70 ans va quasiment doubler, selon l’ONU, et même tripler à horizon 2100 (17,3 %). Une catastrophe ? « Non, une bonne nouvelle, car ces sociétés-là sont moins belliqueuses, ce qui diminue la probabilité de conflits internationaux », se réjouit le géopolitologue Mark Haas, qui a donné un nom à ce phénomène : la « paix gériatrique ». 

« Certains Etats sont poussés par leur population vieillissante à donner la priorité aux prestations sociales en faveur des séniors plutôt qu’au budget de la défense. », explique le chercheur à l’université Duquesne (Pennsylvanie). Une tendance illustrée par le Japon, qui possède le record mondial en matière d’âge médian (48 ans) juste devant l’Allemagne et l’Italie.  

De fait, l’Histoire montre que les populations les moins âgées sont aussi les plus enclines à se rebeller et à faire la guerre. En France, la Révolution et les batailles napoléoniennes ont puisé leur force dans un vivier très jeune. « Quand la guerre civile a débuté au Liban, en 1975, l’âge médian y était d’environ 20 ans, rappelle l’historien britannique Paul Morland, auteur de La Marée humaine, publié en 2019 (non traduit). Ce drame ne s’est pas reproduit ces dernières années, avec un âge moyen de 30 ans, malgré la pression du conflit syrien et de la crise économique, alors que les fractures religieuses restent fortes. »  

 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Plus de polarisation au sein des sociétés

De nouveaux conflits ne sont cependant pas à exclure en Afrique – y compris au Maghreb -, où l’âge médian est justement de 20 ans, dans les prochaines décennies. Les chercheurs s’attendent néanmoins à leur diminution au fil du siècle, alors qu’il va passer à 25 ans en 2050 et devrait être de 35 ans en 2100. 

Infographie

L’Express

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Mais cette ère de paix gériatrique suscite aussi de nouvelles tensions politiques. « Les sociétés plus âgées se révèlent plus hostiles aux migrants, comme on a pu le voir sous la présidence de Donald Trump ou en Europe, ces dernières années, alors même qu’ils pourraient compenser les vagues de départ à la retraite et le manque d’actifs », fait valoir Mark Haas. Et ce, en raison d’une sensibilité exacerbée au risque sécuritaire, qui pourrait les conduire à prendre des positions agressives pour défendre leurs frontières. « Les pays vieillissants connaissent aussi une polarisation des débats, comme au Royaume-Uni, où le Brexit était rejeté par les jeunes », complète le chercheur. S’il pacifie le monde, le vieillissement de la population n’apaise pas forcément les sociétés… 

OpinionsPar Christophe Donner

Chronique

Par Sylvain Fort

Idées et débats

Par Marylin Maeso

Chronique

Pierre Assouline