importante opération de contrôles routiers sur l’A31

C’est Philippe Glorian qui le dit : « Il passe 90 millions de véhicules par an sur l’A31. » Presque une fois et demie la population française emprunte son tracé mosellan et poursuit vers le Luxembourg quand elle n’en vient pas déjà. Ça fait du monde à encadrer notamment les jours de grands départs en vacances.

Les usagers fonctionnent un peu comme les brebis prêtes pour la transhumance. Elles se gênent à la porte de la bergerie qu’elles veulent toutes passer en même temps avant de partir vers les alpages. Le berger doit intervenir pour encadrer le troupeau, freiner ses ardeurs et éviter les accidents et les blessures.

C’est exactement ce qui s’est produit ce samedi sur l’autoroute, à cette nuance près que les bergers étaient à moto et portaient tous un uniforme. Mais pas de la même couleur. Les Français de l’unité autoroutière Lorraine-Alsace étaient en bleu et leurs collègues de la police de la route luxembourgeoise se repéraient facilement avec leur veste orange fluo pétant. L’originalité du moment tient à leurs équipages mixtes qui ont passé leur journée de samedi à patrouiller côté français dans la matinée pour basculer côté luxembourgeois dans l’après-midi.

Prévention routière et… un brin de répression

Dans l’esprit de l’effort commun partagé également avec la Belgique et l’Allemagne, il était avant tout question de prévention routière mais retenir un brin de répression « pour faire admettre que la vie n’a pas de prix. L’objectif est de faire passer un message de prudence. La finalité est que des parents et des enfants rentrent à la maison. On ne veut pas de victime », rappelle le commandant de l’unité autoroutière, Philippe Glorian.

Il est dehors avec Laurent Lentz, le directeur de la police de la route du Grand-Duché avec le même souci que son voisin français : faire attention au respect des distances de sécurité, aux dépassements par la droite, à l’usage du téléphone et à la vitesse. Ce n’est apparemment pas superflu. Les quatre patrouilles en circulation se font désigner, par le point d’un contrôle de vitesse, les poissons à aller chercher dans la circulation. Athéna, 29 ans, a été mesurée à 119 dans la traversée de Metz limitée à 90 km/h. Ça va lui coûter 2 points et 90 euros. D’autres vont payer encore plus cher. C’est, pour la police, le prix de la tranquillité.