«Les retraites à quitte ou double»

L’éditorial du Figaro, par Gaëtan de Capèle.

Emmanuel Macron a toutes les raisons du monde de vouloir réformer les retraites. À bout de souffle avant la crise, le système s’enfonce dangereusement vers l’abîme et, à moins d’une croissance massive accompagnée d’un retour au plein-emploi – on peut toujours rêver -, aucune perspective sérieuse de redressement n’apparaît à horizon humain. Le plus probable est que, si rien n’est fait, viendra le jour où les générations futures, à qui nous aurons laissé une montagne de dettes, ne seront plus en mesure de le financer. À moins que les créanciers de la France, lassés de tant d’années de laxisme et inquiets de notre capacité à rembourser les 2700 milliards d’euros (!) que nous leur devons, décident d’ici là d’exiger des taux d’intérêt plus élevés. Veut-on vraiment, après la crise sanitaire, prendre le risque d’une crise financière?

La réalité est qu’il est temps de réformer les retraites, en relevant l’âge de départ, seule mesure efficace immédiatement et aux effets financiers massifs. Non pour

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 52% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous