le fugitif Karim Ouali, suspecté de meurtre, repéré sur un site de rencontres

Karim Ouali est un des fugitifs français les plus recherchés au monde.

En cavale depuis le meurtre d’un collègue à l’aéroport de Bâle-Mulhouse (Suisse), Karim Ouali aurait été repéré sur un site de rencontres à Hongkong, le 15 février dernier.

La Brigade nationale de recherches des fugitifs (BNRF) a retrouvé une photo du contrôleur aérien sur le site Loveawake.com, d’après des informations du Parisien.

Sur ce cliché, le principal suspect porte des lunettes et une casquette, et indique être domicilié à Aberdeen, un port de Hongkong. Comme le relate le journal, les autorités sont certaines qu’il s’agit bien du Français Karim Ouali, ou « Shemen » selon son pseudo, soupçonné d’avoir tué à coups de hache artisanale Jean Meyer, un père de famille de 35 ans, le 27 avril 2011.

Le contrôleur aérien stagiaire suspecté d’avoir voulu perpétrer un attentat sur l’aéroport de Bâle-Mulhouse

 Introuvable depuis le meurtre, Karim Ouali a été repéré à Hongkong dès 2011, où il semble vivre clandestinement.

Selon l’autopsie, sa victime Jean Meyer a perdu la vie après avoir été frappée de huit à dix coups de machette. Le suspect, alors domicilié à Saint-Louis (Haut-Rhin), avait été vu par des témoins quittant précipitamment l’aéroport après le meurtre. Sans mobile apparent, il est suspecté d’avoir voulu perpétrer un attentat sur l’aéroport de Bâle-Mulhouse. Présenté comme dépressif, perturbé psychologiquement, le contrôleur aérien stagiaire se sentait persécuté par ses collègues.

Huit ans après les faits, le tribunal administratif (TA) de Strasbourg a condamné l’État à verser une indemnité à la famille du défunt. La Direction générale de l’aviation civile (DGAC), dépendant de l’État, avait validé l’arrêt de travail du suspect, qui avait pourtant conservé ses badges et clés, lui permettant d’accéder à la tour de contrôle de l’aéroport, un lieu extrêmement sécurisé.

Les autorités hongkongaises ont fait savoir qu’elles ne mèneraient aucune investigation

Surnommé le Joker, en raison de sa passion pour le personnage de comics, il a été incarcéré pour séjour illégal à Hongkong, en 2014, après fait une demande d’asile avec un faux passeport.

Pourtant, malgré un mandat d’arrêt international, Karim Ouali semble jouir d’une certaine clémence de la part des autorités hongkongaises. Ces dernières ont fait savoir à l’officier de liaison de l’ambassade de France qu’elles ne mèneraient aucune investigation, le site de rencontres en question n’étant pas hébergé à Hongkong, explique Le Parisien.

En août dernier, la France a suspendu la ratification d’un accord d’extradition avec Hongkong, compliquant ainsi les relations diplomatiques entre Paris et le territoire autonome chinois. « Les autorités hongkongaises doivent revenir à la raison, a déclaré Me Damien Legrand, l’avocat de la veuve de Jean Meyer, au Parisien. Nous ne voulons pas croire qu’elles soient indifférentes à la douleur de la famille de Jean, surtout pour des considérations diplomatiques. »