le «Bubble pop», la nouvelle star des cours de récré

Apparu en début d’année sur TikTok, cet antistress est devenu extrêmement populaire en un temps record.

«C’est un phénomène exceptionnel. » Raphaël Hernandez, chef de produit jeux & jouets chez Fnac-Darty, ne cache pas son étonnement. Pourtant habitué aux modes soudaines et éphémères, il est surpris par la popularité de la vague du «Bubble pop» aussi appelé «Pop it», un antistress qui s’est imposé dans toutes les cours de récréation du pays. Ces plaques de silicone de tailles, formes et couleurs très diverses sont recouvertes de bulles que l’on peut «éclater» à l’infini : la version moderne du papier bulle.

L’objet a fait son apparition en début d’année sur la plateforme de diffusion et de partage de courtes vidéos Tik Tok, très populaire chez les adolescents. «C’est parti des États-Unis, confirme Raphaël Hernandez. À partir de mars on a commencé à avoir des remontées de demandes en magasin et les recherches sur notre site internet se sont multipliées».

Ce démarrage en trombe a créé des problèmes d’approvisionnement chez tous les fournisseurs: «Au début, on était presque en permanence en rupture de stock. Dès qu’on avait un arrivage, il partait», confirme-t-on à la Fnac. Ce n’est que depuis quelques jours que les quantités livrées arrivent à satisfaire la demande pour cet objet quasiment toujours estampillé «made in china». Les «Bubble pop» représentent actuellement 30 à 40% des ventes jeux de récrés de l’enseigne et sans les difficultés de ravitaillement, «les chiffres auraient été doublés». Les marques installées ne sont pas les seules à s’être positionnées sur ce produit. Les stands de marchés ont aussi vu fleurir ces antistress sur toutes les étales.

Une vraie utilité contre l’anxiété

Ces difficultés d’approvisionnement ont paradoxalement rendu le jeu encore plus populaire. L’allongement de la durée d’attente, loin d’avoir détourné l’intérêt des Français pour ces objets, l’a attisé. Résultat, les professionnels s’attendent à ce que le phénomène dure jusqu’à la fin de l’année calendaire, avec notamment un regain d’intérêt à la rentrée.

Plus qu’un gadget ludique, l’objet est présenté comme pouvant «soulager le stress lié à l’anxiété et aider à restaurer efficacement l’humeur», sur une page d’Amazon. Si elle y voit avant tout un phénomène de mode, Juliette Michel, psychologue pour enfants et adolescents, confirme que ces objets peuvent aider à la concentration notamment auditive : «Beaucoup d’enfants et même d’adultes aiment faire une double tâche. En plus d’écouter, ils ont besoin d’une petite activité qui leur occupe les mains».

Elle ne s’oppose pas à ce que certains enfants puissent l’amener en classe : «il vaut mieux passer son anxiété sur un antistress plutôt que sur ses vêtements ou affaires de classe». Il s’agit maintenant de savoir quelle sera la prochaine mode. Pour cela, tous les fournisseurs sont déjà sur les réseaux sociaux afin d’être les premiers à anticiper ces succès éphémères.

À VOIR AUSSI – Covid 19: les «rage rooms» font le plein aux États-Unis pour soulager le stress de la pandémie