La Russie annonce le lancement à travers l’Arctique du plus grand brise-glace nucléaire du monde

Un brise-glace à propulsion nucléaire, estimé par la Russie comme étant le plus grand et le plus puissant du monde est parti le 22 septembre pour un voyage de deux semaines dans l’Arctique dans le cadre des efforts de Moscou pour exploiter le potentiel commercial de la région.

Connu sous le nom de « Arktika », le brise-glace nucléaire a quitté Saint-Pétersbourg et s’est dirigé vers le port arctique de Mourmansk, un voyage qui marque son entrée dans la flotte de brise-glace de la Russie.

La société d’État russe Rosatomflot a qualifié le navire de « brise-glace le plus grand et le plus puissant du monde ». Il mesure plus de 173 mètres de long, est conçu pour un équipage de 53 personnes et peut briser la glace de près de trois mètres d’épaisseur.

Le navire est considéré comme essentiel aux efforts de Moscou pour développer la route maritime du Nord, qui va de Mourmansk au détroit de Béring près de l’Alaska.

Au milieu des cycles climatiques plus chauds, la Russie espère que la route pourrait devenir un mini canal de Suez, réduisant les temps de transport maritime de l’Asie vers l’Europe.

Bientôt 13 brise-glaces en Russie

« La création d’une flotte de brise-glaces nucléaires modernes capable d’assurer une navigation régulière et sûre tout au long de l’année sur toute la route maritime du Nord, est une tâche stratégique pour notre pays », a déclaré dans un communiqué Vyacheslav Ruksha, chef de la direction de la route maritime du Nord de Rosatom.

Avant son voyage dans l’Arctique, le brise-glace a été testé lors d’essais en mer dans les eaux orageuses du golfe de Finlande, naviguant à travers des vents violents et des vagues imposantes.

Le navire a été nommé du même nom qu’un brise-glace de l’époque soviétique qui, en 1977, est devenu le premier navire de surface à atteindre le pôle Nord.

La Russie a intensifié sa construction de brise-glaces dans le but d’augmenter le trafic de marchandises dans les eaux arctiques.

Le président Vladimir Poutine a déclaré l’année dernière que la flotte arctique du pays exploiterait au moins 13 brise-glaces lourds, dont la majorité serait alimentée par des réacteurs nucléaires.